L’organisme qui offre aux jeunes et à leurs proches des services gratuits et confidentiels d’intervenants professionnels est particulièrement sollicité dans le contexte de pandémie.
L’organisme qui offre aux jeunes et à leurs proches des services gratuits et confidentiels d’intervenants professionnels est particulièrement sollicité dans le contexte de pandémie.

Québec octroie 900 000 $ de plus à Tel-jeunes

La Presse Canadienne
Québec verse une aide supplémentaire de 900 000 $ à l’organisme Tel-jeunes, dont les lignes ne dérougissent pas depuis le début de la crise de la COVID-19.

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, en a fait l’annonce par voie de communiqué samedi.

Le gouvernement avait déjà octroyé une aide d’urgence de 500 000 $ au début de la crise qui devait soutenir l’organisme jusqu’en juin dans l’embauche de nouveaux effectifs et l’adaptation de certains services.

L’organisme qui offre aux jeunes et à leurs proches des services gratuits et confidentiels d’intervenants professionnels est particulièrement sollicité dans le contexte actuel.

La nouvelle enveloppe doit permettre de maintenir et bonifier ces services jusqu’à la fin mars.

La demande d’aide a bondi de 30 % dès le début de la pandémie, en mars, et cette augmentation s’est maintenue depuis.

Depuis la rentrée scolaire, l’organisme observe par ailleurs une certaine démotivation des jeunes. En général, les sujets les plus abordés par les adolescents et les jeunes adultes sont la déprime, l’anxiété et l’isolement — qui représentent environ 40 % des contacts chez Tel-jeunes. Mais depuis septembre, 52 % des appels ou des textos portent sur ces problèmes.

Les familles en besoin d’accompagnement peuvent pour leur part se tourner vers la LigneParents, elle aussi accessible par téléphone, par clavardage et par courriel.