Jugeant insuffisantes les mesures prévues par Ottawa pour encadrer la légalisation prochaine de la vente de produits comestibles au cannabis, Québec a dévoilé mercredi les règles additionnelles plus strictes qu’il prévoit imposer. Le gouvernement provincial annonce ainsi qu’il interdira la vente de friandises, de confiseries, de desserts, incluant le chocolat, et de «tout autre produit attrayant pour les mineurs».

Québec dit non aux friandises au cannabis [VIDÉO]

Les Québécois qui espèrent se procurer chocolats, jujubes et autres friandises au cannabis après leur légalisation au Canada ne pourront pas en trouver sur les tablettes, le gouvernement provincial ayant décidé d’en interdire la vente.

Jugeant insuffisantes les mesures prévues par Ottawa pour encadrer la légalisation prochaine de la vente de produits comestibles au cannabis, Québec a dévoilé mercredi les règles additionnelles plus strictes qu’il prévoit imposer.

Le gouvernement provincial annonce ainsi qu’il interdira la vente de friandises, de confiseries, de desserts - incluant le chocolat - et de «tout autre produit attrayant pour les mineurs».

Les produits solides contenant du cannabis ne pourront contenir une quantité de tétrahydrocannabinol (THC) supérieure à 5 mg par unité et à 10 mg par emballage. Pour les liquides, la limite sera de 5 mg par emballage.

Ottawa légalisera les nouveaux produits le 17 octobre prochain, mais calcule qu’il faudra au moins 60 jours après cette date pour que les produits se retrouvent sur les tablettes, ce qui repousse à la mi-décembre la disponibilité de toute une gamme de nouveaux produits contenant du THC.

Mesures fédérales «insuffisantes»

Trois nouvelles catégories de produits seront alors permises au pays: le cannabis comestible, les extraits de cannabis et le cannabis à usage topique.

Selon Québec, les mesures du gouvernement fédéral pour encadrer ces nouvelles catégories de produits ne seront pas suffisantes pour permettre à la province «d’atteindre ses objectifs en matière de santé et de sécurité publiques».

Le gouvernement provincial souhaite ainsi en faire davantage pour réduire la banalisation du cannabis, son attrait pour les jeunes, les risques d’intoxication involontaire et les risques de santé associés aux produits à concentration élevée en THC.

Parmi les autres mesures imposées par Québec, on note l’interdiction d’ajouter, dans les extraits de cannabis en vente, des additifs ou d’autres substances destinées à modifier l’odeur, la saveur ou la couleur du produit.

Le gouvernement provincial limite par ailleurs à 30 pour cent la concentration en THC des produits de cannabis, à l’exception des produits de cannabis comestibles. Une disposition encadrant l’augmentation du potentiel d’effets psychologiques intoxicants des produits de cannabis par l’ajout de composants, y compris du cannabinoïde, sera aussi ajoutée.

Le cannabis à usage topique ne sera pas autorisé à la vente au Québec «pour le moment», note-t-on également.