ll ne restait que 450 baleines noires à l’aube de 2018.

Protection des baleines noires: le «chaos» perdurera-t-il?

CARLETON — Les pêcheurs gaspésiens et madelinots, tout comme leurs collègues des Maritimes, devront être patients avant de savoir s’ils auront à endurer ce qu’ils ont appelé le chaos cette année, causé par les mesures de protection de la baleine noire décrétées par le ministère fédéral des Pêches et des Océans.

Les scientifiques de ce ministère précisent qu’ils recueilleront des données jusqu’à assez tard dans l’automne avant «de réunir l’information, de faire un rapport» et «de donner ça aux décideurs», souligne Jean Landry, directeur de la surveillance des mammifères marins pour Pêches et Océans Canada.

Il faudra donc attendre le début de 2019 au moins avant de savoir si les fermetures de secteurs de pêche seront aussi draconiennes que cette année.

Jean Landry mentionne qu’il y aura des consultations avec les pêcheurs avant la saison 2019. Cette année, les crabiers et les homardiers ont unanimement dénoncé l’absence de consultations avant l’ouverture de la pêche et l’imposition de quadrilatères de fermeture de secteurs où, dans certains cas, aucune baleine noire n’avait jamais été observée.

Le chaos dont les pêcheurs parlent a coûté quelques dizaines de millions de dollars en prises perdues en Gaspésie seulement.

«Jusqu’à maintenant, les mesures ont été efficaces», souligne d’autre part M. Landry, se référant au fait qu’aucune baleine noire n’a été trouvée morte en eaux canadiennes en 2019. Il reconnaît qu’il est tôt dans la saison. Douze baleines noires y ont péri en 2017.

Questionnée sur le fermeture le 28 avril d’une zone statique ayant frappé les crabiers du sud de golfe Saint-Laurent, la sous-ministre à la gestion des pêches, Sylvie Lapointe, dit que cette date est basée «sur nos meilleures avis scientifiques» et qu’il y avait eu des observations aussi tôt dans le passé.

Pourtant, les experts du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins rapportent qu’aucune baleine noire n’a été observée dans le golfe Saint-Laurent avant le 15 mai.

Infractions

D’autre part, Pêches et Océans Canada a mené 33 enquêtes dans les eaux atlantiques, enquêtes devant déboucher sous peu sur autant d’infractions de pêcheurs. Quinze de ces infractions touchent des homardiers; les autres ont trait aux crabiers. Il ne reste que 450 baleines noires dans le monde.

Les infractions sont essentiellement liées à la localisation de casiers dans des secteurs fermés. Le ministère a toutefois fait savoir que certaines de ces enquêtes n’étaient pas terminées et que des casiers se trouvaient à la limite de la zone fermée; ils pouvaient entrer dans la marge d’erreur des équipements de positionnement des pêcheurs. Transports Canada n’a émis cette année qu’un seul constat d’infraction pour manquement à la limite de vitesse de 10 noeuds imposée dans le grand quadrilatère de protection.