Projet Laurentia: «Ce n’est pas les Nordiques contre le Canadien» [VIDÉO]

Jean-François Néron
Jean-François Néron
Le Soleil
Le leader parlementaire du gouvernement Trudeau, Pablo Rodriguez, soutient que les projets de terminal de conteneurs de Montréal et Québec peuvent «se faire en parallèle».

Le lieutenant du premier ministre au Québec était de passage dans la capitale, mercredi. Il en a profité pour calmer les craintes du maire Labeaume. Ce dernier accuse le travail fait en coulisse par des acteurs économiques de Montréal pour faire avorter le projet de terminal de conteneurs du Port de Québec au profit de celui de Contrecoeur sur la Rive-Sud de Montréal. 

Et quoi de mieux qu’une bonne analogie sportive pour se faire comprendre ? «Il n’y a pas d’opposition entre Montréal et Québec. Ce n’est pas les Nordiques contre le Canadien. C’est plutôt l’équipe Canada contre les Russes en 1972», a-t-il indiqué.

Tout au plus, précise-t-il, les députés défendent comme il est normal de le faire les projets de leur territoire, de leur comté. «Il faut regarder les deux comme des projets qui peuvent se faire en parallèle. Les deux sont importants pour le Québec. On appuie l’avancement de toute forme économique que ce soit.»

Le matin de la venue de M. Rodriguez, Radio-Canada diffusait un avis de Pêches et Océans Canada selon lequel le projet Laurentia de 775 millions $ du Port de Québec détruirait le site de reproduction du bar rayé à Beauport. 

Ni M. Rodriguez ni le maire n’ont voulu commenter cette nouvelle, prétextant ne pas détenir suffisamment d’information. Même sans un appui ferme, M. Labeaume semblait satisfait des commentaires de M. Rodriguez.

«La bonne nouvelle est que Pablo a dit que les deux projets peuvent se construire, a commenté le maire. On va les laisser travailler un peu. On ne peut pas péter les plombs aux deux jours.»

Le maire et le PDG du Port de Québec, Mario Girard, martèlent que les deux projets sont complémentaires et s’adressent à deux marchés différents. Celui de Québec peut accueillir des navires de plus grande taille en raison de la profondeur du fleuve à cet endroit. Sans projet, M. Labeaume évoque une perte économique pour le pays du fait que des marchandises prendront la route de ports de la côte est américaine.