Au moment de l'arrivée des policiers sur les lieux, le suspect était déjà détenu par le service de sécurité.

Prêtre poignardé en pleine messe à l'oratoire Saint-Joseph

MONTRÉAL — Il était un peu passé 8h30 et la messe de l’oratoire Saint-Joseph suivait son cours paisible et prévisible pendant qu’à l’extérieur, le ciel n’arrivait pas à décider s’il neigerait ou s’il pleuvrait en ce vendredi matin d’entre-deux saisons.

Le père Claude Grou, recteur de l’oratoire, s’apprêtait à lire l’Évangile lorsqu’un homme s’est dirigé d’un pas rapide et déterminé derrière l’autel, a sorti un couteau et l’a porté contre le prêtre de 77 ans à au moins deux reprises, semant une onde de choc et de stupeur non seulement au sein de la cinquantaine de fidèles sur place, mais aussi chez un nombre indéterminé de spectateurs branchés sur le réseau de diffusion Sel et Lumière, qui présentait cette messe en direct sur ses plateformes.

LIRE AUSSI«Ça m’a heurté», raconte un témoin

«Il est passé devant la balustrade d’un pas rapide. (...) Tout de suite en arrivant dans le choeur, il a levé son coupe-vent pour dégainer un gros couteau. Quand j’ai vu ça, je suis sortie en hurlant pour aller à la sacristie pour alerter la sécurité», a raconté Adèle Plamondon, une bénévole qui venait de terminer une lecture précédant celle de l’Évangile.

Un autre témoin, Philip Barrett, a raconté avoir vu l’homme, assis durant la messe, «qui s’est levé et qui, vite, est allé devant, dans le sanctuaire, derrière l’autel où l’abbé Claude Grou était. Personne ne savait ce qui se passait exactement et j’ai vu que le prêtre bougeait un peu, loin de cette personne».

À son retour dans le choeur, Mme Plamondon a rapporté que l’agresseur «était à terre et il y avait deux hommes qui étaient par-dessus lui. Il était calme. Je ne l’ai pas entendu crier, je ne l’ai pas entendu rien dire. Il avait juste une détermination. Il voulait faire vite pour aller attaquer le père Grou.»

Motif inconnu

La vidéo du réseau Sel et Lumière confirme ce témoignage et l’énigme demeure d’ailleurs entière quant au motif de cette agression, puisque le suspect n’a effectivement rien dit.

Les agents de sécurité qui ont maîtrisé le suspect ont attendu l’arrivée des policiers à qui ils ont remis le forcené.

Selon les policiers montréalais, il s’agit d’un homme de 26 ans ayant des antécédents judiciaires dont la nature n’a pas été rendue publique.

Le Service de police de la Ville de Montréal a cependant affirmé sur son compte Twitter «qu’il s’agit d’un geste isolé d’une seule personne» et sa porte-parole, Caroline Chevrefils, a précisé à La Presse canadienne que l’agression n’avait pas été revendiquée et que le suspect n’avait aucun lien connu avec des organisations criminelles, extrémistes, religieuses, politiques ou autre.

Il est détenu pour interrogatoire et devrait comparaître samedi au palais de justice de Montréal sous des accusations qui restent à être déterminées, mais qui pourraient aller de voies de fait armées à tentative de meurtre.

Le père Grou en état de choc

Fort heureusement, l’attaque n’a pas été fatale, selon ce qu’a pu constater Adèle Plamondon.

«J’ai vu père Grou après; il est en état de choc. Il a deux blessures superficielles. Il est OK. Les ambulanciers sont venus, se sont bien occupés de lui, l’ont emmené à l’hôpital pour voir à ce que tout soit correct avec lui, mais ce que j’ai vu des blessures, elles ne saignaient pas beaucoup», a-t-elle confié.

La porte-parole de l’oratoire, Céline Barbeau, abondait dans le même sens dans les minutes suivantes. «Nous sommes rassurés parce que, quand il a quitté l’oratoire, il était conscient et il pouvait parler, ce qui est pour nous un bon signe.»

Mme Barbeau n’avait à cet effet que de bons mots pour son personnel de sécurité. «Les agents de sécurité sont intervenus tellement rapidement... Ç’aurait pu dégénérer en fait, mais ça n’a pas eu le temps de dégénérer parce qu’ils sont intervenus immédiatement.»

Mme Barbeau a également précisé que le réseau Sel et Lumière a immédiatement cessé sa diffusion en direct, mais la vidéo avait non seulement été diffusée en direct, mais a aussi été captée et publiée sur le web et diffusée par des grandes chaînes de télévision.

Sanctuaire et sécurité

Malgré cette agression, l’oratoire est demeuré ouvert vendredi et les messes s’y poursuivaient, bien qu’avec des mesures de sécurité additionnelles et dans un autre espace que celui de la messe matinale, ce dernier étant fermé pour permettre aux policiers de mener leur enquête.

Selon Céline Barbeau, qui dit n’avoir jamais entendu parler de pareille agression dans l’histoire de l’édifice emblématique qui a ouvert ses portes en 1904, il n’est pas question d’augmenter les mesures de sécurité pour autant dans l’avenir.

«Il y a de la sécurité à l’oratoire 24 heures par jour, 365 jours par année, mais nous n’avions pas de détecteurs ou de trucs comme ça. Ce n’est pas le lieu pour ça. C’est quand même un sanctuaire d’accueil et de prière», a-t-elle fait valoir.

«Ça ne me surprend pas»

Bien que l’oratoire n’ait jamais été ciblé, une attaque dans un lieu de culte n’est plus une anomalie à notre époque.

«Tout le monde est au courant du contexte par rapport à l’Église. Ça ne me surprend pas», a laissé tomber Adèle Plamondon en faisant référence à la tourmente qui enveloppe l’Église catholique «qu’on porte douloureusement dans notre coeur, y compris pour toutes les victimes de toute la pédophilie et de tout».

Dans un message de soutien, l’Archevêque de Montréal, Christian Lépine, a également reconnu «que les lieux de culte de différentes religions sont des cibles d’actes de violence».

«Nous sommes tous en état de choc devant un acte de violence qui se déroule chez nous dans un endroit dédié à la paix», a ajouté M. Lépine en offrant son soutien à la famille du père Grou et à la Congrégation Sainte-Croix, dont il est membre, ainsi qu’aux bénévoles et employés de l’oratoire Saint-Joseph et aux personnes présentes à la messe.

De son côté, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a réagi à l’agression sur Twitter.

«Quel geste horrible et inexcusable qui n’a aucunement sa place à Montréal. Je suis soulagée d’apprendre que la vie du père Claude Grou, recteur de l’@osjmr, est hors de danger et que son état est stable. Au nom de tous les Montréalais, je lui souhaite prompt rétablissement.»

Sur la même plateforme, le gazouillis du premier ministre Justin Trudeau a qualifié d’»horrible» l’attaque à l’oratoire, ajoutant «Père Grou, les Canadiens pensent à vous et vous souhaitent un prompt rétablissement».