Le projet de porcherie dans le Canton de Valcourt est prévu pour 3996 porcs d’engraissement.
Le projet de porcherie dans le Canton de Valcourt est prévu pour 3996 porcs d’engraissement.

Porcherie : une soixantaine de citoyens sont inscrits à la consultation publique

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Une soixantaine de citoyens ont signifié leur intention de participer, mercredi, à la rencontre publique de consultation sur le projet de porcherie dans le Canton de Valcourt.

Au terme de la période d’inscriptions mardi, la MRC du Val-Saint-François rapporte que 30 personnes sont inscrites à la séance de 16 h et 33 autres à la séance de 19 h.

La tenue de deux séances a été jugée nécessaire pour assurer la distanciation physique des intervenants et des citoyens dans le contexte de la COVID-19, avec la possibilité d’accueillir 40 citoyens chaque fois.

La MRC, qui mène le processus de consultation requis dans ce dossier à la demande de la Municipalité du Canton de Valcourt, avait d’abord procédé à une consultation écrite avec toute la documentation en ligne, du 20 juillet au 11 août. Trente-six personnes avaient alors déposé par écrit leurs inquiétudes et préoccupations.

Le projet de l’agriculteur Stewart Friesen consiste à construire deux bâtiments pouvant accueillir 3996 porcs d’engraissement sur sa terre de la route 222 dans le Canton de Valcourt, aux limites de la municipalité de Maricourt, ainsi qu’ d’un réservoir en béton armé pour l’entreposage du lisier liquide. Le projet a obtenu son certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement et est rendu à l’étape du permis de construction de la Municipalité, qui doit d’abord évaluer si des mesures d’atténuation sont requises pour faciliter l’intégration dans le milieu.

En rencontre publique mercredi, il est prévu que le promoteur Stewart Friesen présente son projet. Parmi les intervenants, on compte aussi l’agronome et l’ingénieur qui ont travaillé avec lui depuis deux ans, l’inspecteur municipal du Canton de Valcourt, et des représentants du ministère de l’Environnement (MELCC), du ministère de l’Agriculture (MAPAQ) et de la Santé publique.

La deuxième partie des rencontres de deux heures permettra de recevoir les questions et suggestions des citoyens présents.

La MRC a pris en considération les préoccupations qui ont été soulevées par les citoyens depuis plus d’un mois dans les médias ainsi que dans le volet écrit de la consultation pour préparer la rencontre. 

« On va parler de tous les aspects techniques pour que les gens comprennent bien le projet et ses impacts. Qu’ils aient les bonnes données et que tout le monde soit à la même place avant de procéder à la période de questions », explique Catherine Carvajal-Séguin, agente aux communications et aux relations publiques à la MRC.

« Comme on dit depuis le début, le projet va avoir lieu, rappelle-t-elle. Il a été accepté. Le processus va être expliqué. La question n’est pas de savoir s’il va avoir lieu. La consultation est vraiment sur les mesures d’atténuation pour que le projet cohabite bien avec son environnement et les citoyens autour. »

Les deux rencontres publiques de consultation seront enregistrées et rendues disponibles sur le site web de la MRC dans les jours suivants.