Le projet de la ferme Érabboeuf prévoit deux bâtiments pouvait accueillir 3996 porcs pour l’engraissement.
Le projet de la ferme Érabboeuf prévoit deux bâtiments pouvait accueillir 3996 porcs pour l’engraissement.

Porcherie : la demande de rencontre publique chemine bien

Jacynthe Nadeau
Jacynthe Nadeau
La Tribune
Le conseil des maires de la MRC du Val-Saint-François devrait confirmer la semaine prochaine la tenue d’une rencontre publique de consultation pour les citoyens concernés par l’implantation d’une porcherie de près de 4000 porcs dans le Canton de Valcourt.

Le comité de travail chargé de mener la consultation à la MRC a convenu jeudi de recommander à la table des 18 maires de voter en faveur de la demande formulée lundi par le maire du Canton de Valcourt Patrice Desmarais.

La tenue de cette consultation en public doit être soumise au conseil des maires puisqu’elle entraînera un nouveau délai dans la procédure, explique Catherine Carvajal-Séguin, agente aux communications et aux relations publiques à la MRC.

Le comité de travail juge toutefois que l’exercice est nécessaire et il a été convenu que tous les intervenants pertinents au dossier soient invités à venir répondre aux questions des citoyens, précise Mme Carvajal-Séguin.

Rappelons que ce projet de porcherie de la ferme Érabboeuf prendra place sur la route 222 dans le Canton de Valcourt, aux limites de la municipalité de Maricourt. Il a obtenu son certificat d’autorisation du ministère de l’Environnement en juin dernier et il a été jugé conforme au règlement d’urbanisme de la Municipalité du Canton de Valcourt, qui en est à l’étape d’émettre le permis de construction.

Cette étape est toutefois précédée d’une période de consultation visant à déterminer si des mesures d’atténuation sont nécessaires pour assurer une meilleure intégration du projet dans le milieu environnant.

Le Canton a confié le mandat de consultation à la MRC du Val-Saint-François, qui avait convenu de mener l’exercice par écrit, du 20 juillet au 11 août dernier, en raison des contraintes sanitaires liées à la COVID-19.

Or à l’assemblée ordinaire du Canton de Valcourt lundi soir, devant les préoccupations émises par une douzaine de citoyens, le maire Patrice Desmarais a annoncé qu’il demanderait une consultation en public, avec les spécialistes et intervenants requis.

36 avis écrits

En ce qui a trait à la consultation écrite, pas moins de 36 citoyens y ont répondu entre le 20 juillet et le 11 août, indique la MRC. 

Environ la moitié de ces personnes sont de l’extérieur de la zone du Canton de Valcourt et de Maricourt et sont de façon générale contre le fait qu’il y ait des mégaporcheries au Québec ou contre le fait de manger de la viande. « On les considère, mais ce n’est pas là-dessus que porte la consultation », précise Catherine Carvajal-Séguin.

Les autres citoyens du secteur qui ont pris part à la consultation écrite ont surtout exprimé des craintes sur le contrôle des odeurs, l’épandage du lisier, la qualité de vie, la dévaluation des propriétés et l’impact sur la quantité et la qualité de l’eau des puits dans le voisinage, entre autres. 

« Toutes les recommandations pour des mesures d’atténuation vont aller dans ce sens-là. C’est ce qui va être analysé avec l’agronome, l’ingénieur, le ministère de l’Environnement, le ministère de l’Agriculture et la MRC pour voir ce qui peut être fait pour que les gens du secteur soient touchés au minimum par l’installation de cette porcherie », ajoute Mme Carvajal-Séguin.

La MRC précise que même s’il y a tenue d’une rencontre publique dans quelques semaines, l’avis de ces 36 personnes sera aussi compilé dans le rapport qui sera déposé à la MRC.