Vendredi, on a présenté les artistes qui prendront pas à la production Québec Issime chante Starmania qui sera présentée cet été à la place Nikitotek.

Plusieurs participants de La voix dans Starmania

Des membres de longue date de Québec Issime et des participants passés et présents de La voix : ainsi pourrait-on résumer, pour le grand public, la distribution de Starmania, présentée du 11 juillet au 18 août à la place Nikitotek, pour succéder au spectacle Cowboys — De Willie à Dolly, lequel a pris fin l’été dernier après quatre saisons.

En effet, parce qu’il s’agit d’un des premiers spectacles montés par le noyau fondateur de Québec Issime, il y a plus de 20 ans, et que Starmania avait une forte valeur sentimentale à leurs yeux, Pierre Doré, directeur artistique et metteur en scène, de même que Marie-Ève Riverin, directrice vocale et responsable de la distribution, tiendront aussi les rôles de Zéro Janvier et de Marie-Jeanne. Les deux autres sœurs Riverin, Karine et Caroline, interpréteront Stella Spotlight en alternance.

Lire aussi: Place à Starmania en exclusivité

Quant aux rôles de Sadia, Ziggy, Johnny Rockfort et Cristal, Marie-Ève Riverin, qui est également juge pour les auditions de La voix, a puisé dans le bassin des nombreux participants, en choisissant respectivement Rosa Laricchiuta, Michaël, Redgee et Krystel Mongeau. La première a été finaliste en 2015, le second, demi-finaliste l’an dernier, et les deux derniers ont été sélectionnés lors des premières émissions de cette année. Michaël, Redgee et Krystel ont toutefois tous déjà participé à des productions de Québec Issime par le passé. Krystel Mongeau, qui vit à Sherbrooke, avait notamment été de la dernière saison de Cowboys.

« En fait, je connais Marie-Ève Riverin depuis Mix 4, précise la jeune chanteuse originaire de Saint-Malo. Elle connaît donc mon cheminement musical et elle m’a fait confiance. Elle m’a dit qu’elle me voyait dans Cristal et m’a invitée aux auditions », ajoute celle qui n’était pas liée par une exclusivité à La voix (NDLR l’émission étant préenregistrée jusqu’aux directs, elle a peut-être déjà quitté l’aventure sans pouvoir le révéler).

Rosa Laricchiuta s’est quant à elle fait offrir d’auditionner pour le rôle de Sadia. « Je connaissais peu Starmania, alors j’ai fait mes recherches et j’ai découvert que c’était Nanette Workman qui avait créé le rôle. Je chante déjà du Nanette, elle est dans mon répertoire! » raconte celle qui a déjà hâte d’interpréter Ce soir on danse à Naziland.  

Douze musiciens sur scène

Une équipe de douze musiciens (dont neuf de la région) sera également sur les planches. « On n’a pas eu de band de cette ampleur (avec cordes et cuivres) depuis 20 ans », souligne Pierre Doré.

« Nous allons aussi exploiter la scène à son plein potentiel de projections, ce qui n’avait pas été fait depuis Omaterra. Ces projections, qui serviront à faire les liens dans l’histoire, seront créées à partir de tableaux d’une artiste en arts visuels, Christine Girard. Elle réalisera aussi une maquette de la ville de Monopolis, laquelle sera filmée et numérisée. Les orchestrations seront fortement inspirées du disque original, mais tout ce qui est très daté (disco, funk) sera actualisé. Ce sera davantage une version concert (nous n’avons pas les droits pour tous les éléments de mise en scène), mais toutes les grandes chansons seront là. »

« On m’a dit qu’il y a deux fois plus de réservations de groupes qu’à pareille date l’an dernier », ajoute Pierre Doré, rappelant que ce spectacle soulignera non seulement les 40 ans de Starmania mais aussi les 25 ans des balbutiements de la troupe.

Ancienne école

« Québec Issime est né d’un ensemble de gens issus du monde choral, à Shipshaw au Saguenay, et dont un des premiers projets a été Starmania. Les solistes, c’était nous », relate-t-il à propos des sœurs Riverin et de lui-même. « Beaucoup de travail pour seulement deux représentations, mais c’était une école pour nous. Marie-Ève faisait Marie-Jeanne alors qu’elle n’avait que 14 ans. Nous avons voulu remonter le spectacle en 1994, mais les droits n’étaient plus disponibles alors. Il y a toutefois eu un gros morceau de Starmania dans le premier spectacle de Québec Issime, consacré à la chanson québécoise. »

Aucun mot sur une éventuelle vente de la place Nikitotek, qu’avait évoquée le maire Steve Lussier pendant sa campagne électorale, ni sur son éventuel déménagement maintenant que le déplacement du pont des Grandes-Fourches est sur le point d’être confirmé. « Je souhaite que les Sherbrookois découvrent et redécouvrent leur place, la place Nikitotek », a plutôt déclaré le maire Lussier dans son discours hier.

Pierre Doré et le producteur Robert Doré ont été assurés que, de toute façon, rien ne serait fait avant la fin des représentations de l’été 2018.

Starmania sera la neuvième saison de spectacles à la place Nikitotek et la quatrième du contrat de dix ans entre la Ville de Sherbrooke et Québec Issime.