«Plusieurs centaines» de poissons ont été retrouvés morts aux abords de la rivière des Outaouais, dans l’est de Gatineau.

«Plusieurs centaines» de poissons morts en bordure de la rivière des Outaouais [PHOTOS]

« Plusieurs centaines » de poissons ont été retrouvés morts aux abords de la rivière des Outaouais, dans l’est de Gatineau et à Rockland.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec a été informé de la situation mardi matin, a indiqué la porte-parole régionale, Caroline Bujold.

Une équipe du ministère composée de techniciens et d’une biologiste s’est rendue sur place au courant de la journée. 

« Ils ont fait des prélèvements pour analyser le tout et déterminer les causes », a fait savoir Mme Bujold, qui précise que « plusieurs centaines » de poissons morts ont été observés sur place.

L’équipe s’est rendue « au sud-ouest du site de Traversiers Bourbonnais », dans le secteur Masson-Angers, de même que sur le rivage de la rivière du Lièvre.

«Plusieurs centaines» de poissons ont été retrouvés morts aux abords de la rivière des Outaouais, dans l’est de Gatineau.

Le ministère se dit « très sensible à cette situation », puisqu’il est inhabituel de retrouver autant de poissons morts. Plusieurs espèces sont touchées, dont le malachigan, la barbue de rivière, la barbotte brune, le crapet-soleil, la perchaude, le maskinongé et le doré noir, a indiqué la porte-parole du ministère.

« On fait des prélèvements sur les poissons qu’on a récupérés, et on va les envoyer au Centre québécois sur la santé des animaux sauvages, à Saint-Hyacinthe », a ajouté Mme Bujold.

Un scénario semblable a été observé sur la rive ontarienne, à la hauteur de la marina de Rockland.

À la Ville de Gatineau, on indique que si jamais un déversement est en cause, il « ne provient pas des installations municipales ».

« Plusieurs centaines » de poissons ont été retrouvés morts aux abords de la rivière des Outaouais, dans l’est de Gatineau et à Rockland.

Impact des inondations ?

Habituellement, quand une grande quantité de poissons meurent dans une même région, « il est probable que ce soit quelque chose qui ait été introduit dans la rivière », juge la directrice scientifique et politique de Garde-Rivière des Outaouais, Larissa Holman.

Bien que les inondations récentes à Gatineau et dans l’Est ontarien aient pu causer la mort de certains poissons, « il est difficile de lier les inondations à la mort de tous ces poissons, puisque ces derniers ont tous été retrouvés dans une région distincte », et pas tout au long de la rivière. 

Mme Holman n’exclut pas encore complètement que les inondations aient pu précipiter la mort des poissons, mais elle doute fortement qu’elles en soient la cause principale. 

Par ailleurs, Garde-Rivière des Outaouais n’est pas encore certaine si les poissons morts peuvent avoir un impact sur la santé humaine. 

Or, pour le moment, l’organisme ne tire pas de sonnette d’alarme quant à la sécurité des gens. Mme Holman conseille aux résidents de ne pas consommer les poissons, mais elle ne croit pas que le fait de les toucher soit dangereux. 

« Si les gens trouvent des poissons morts, je leur conseillerais de le rapporter et de prendre des précautions jusqu’à ce qu’on sache ce qui a causé la mort de tous ces poissons. »