La résolution pour corriger les «montagnes russes» sur le boulevard des Forges a été battue par une majorité de conseillers mardi soir.
La résolution pour corriger les «montagnes russes» sur le boulevard des Forges a été battue par une majorité de conseillers mardi soir.

Piste cyclable sur des Forges: les «montagnes russes» ne disparaîtront pas

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — À la suite d’une proposition du comité consultation en mobilité durable et de sécurité routière, la Ville envisageait de réduire considérablement l’angle des bosses sur la grande majorité du tronçon entre les rues Vien et de Pierriche. Le coût des travaux estimé est de 120 723 $. Or, la majorité des conseillers n’a pas souhaité corriger la piste cyclable.

Le conseiller Luc Tremblay a demandé la tenue d’un vote. Il affirme que l’objectif du projet sur le boulevard des Forges était de permettre aux écoliers de se rendre à l’école de façon sécuritaire. «C’est un corridor scolaire. Ce n’est pas une piste cyclable», affirme le conseiller Tremblay.

«C’est pour que les jeunes se rendent à l’école de façon sécuritaire. Les travaux réalisés le permettent. […] Ça coûterait 120 000 $ et ça ne corrigera pas tout. Je considère qu’avec les dépenses dans les déversements, on a besoin de sauver nos sous.»

Daniel Cournoyer soutient que ça n’a «aucun sens» d’injecter 120 723 $ pour corriger les «montagnes russes» sur la piste cyclable. «Ça ne corrigera pas totalement le problème», dit-il.

«Ajouter un 120 000 $ dans le tas, c’est de l’argent gaspillé», juge François Bélisle, conseiller du district de Pointe-du-Lac qui note aussi que les nombreuses dépenses engendrées par le flushgate doivent imposer une restriction des dépenses.

Plusieurs conseillers souhaiteraient que la Ville procède à du marquage sur la chaussée, plutôt que de corriger la piste actuelle. Le coût de cette opération serait d’environ 1000 $, ont-ils affirmé.

«Ça aurait été une super occasion de corriger une erreur de design. Considérant que c’est une infrastructure qui va être inutile pour les 20 prochaines années», estime pour sa part le conseiller Claude Ferron.

«Et la peinture, ça ne protège pas personne. Alors qu’une voie physique protège les cyclistes.»

De son côté, Mariannick Mercure estime que le rejet de la modification, c’est de la vengeance envers elle en raison notamment de ses propositions sur la transparence des élus. Elle soutient de plus que de laisser la piste comme elle est «en montagnes russes» entraîne des risques pour plusieurs usagers.

«Ce n’est pas du tout sécuritaire pour les personnes âgées du secteur qui devront cet hiver marcher sur une voie avec plusieurs montées et descentes», dénonce la conseillère du district des Forges.

La résolution a été battue à 9 conseillers contre 5. Les conseillers François Bélisle, Maryse Bellemare, Ginette Bellemare, Michel Cormier, Daniel Cournoyer, Pierre-Luc Fortin, Valérie Renaud-Martin, Sabrina Roy et Luc Tremblay ont voté contre. La résolution n’a obtenu les appuis que de Dany Carpentier, Claude Ferron, Mariannick Mercure, Pierre Montreuil et Denis Roy.