Les premiers ministres du Québec et du Canada, François Legault et Justin Trudeau, ont discuté pendant environ 30 minutes jeudi matin.

Peu de «réponses concrètes» de Trudeau, déplore Legault

Les premiers ministres du Québec et du Canada, François Legault et Justin Trudeau, se sont rencontrés pendant une trentaine de minutes, jeudi matin à l’hôtel Delta de Sherbrooke. M. Legault s’est dit un peu déçu d’avoir peu de réponses de son homologue.

À lire aussi: Tête-à-tête de Trudeau et Legault à Sherbrooke

Trudeau attendu de pied ferme

« C’est M. Trudeau qui a demandé la rencontre ce matin. Malheureusement, nous n’avons pas eu beaucoup de réponses concrètes aux demandes à répétition qui ont été faites au gouvernement fédéral. On parle entre autres des contributions financières aux projets de transport en commun dans les différentes villes du Québec. On parle aussi du rapport d’impôt unique géré par le gouvernement du Québec et d’une compensation pour les demandeurs d’asile. Nous demandons 300 M$. Le fédéral nous offre 140 M$, mais on nous dit qu’ils reviendront avec une nouvelle proposition », résume François Legault.

La baisse temporaire des seuils d’immigration était bien entendu inscrite à l’ordre du jour. « Il y aurait réaugmentation une fois que nous aurions mis en place un test de français et un test de valeurs », rappelle M. Legault. 

« Les réponses de M. Trudeau étaient : on est en train de regarder ça. Il y a une ouverture. Mais je trouvais qu’il n’y avait pas beaucoup de réponses concrètes. J’espère que dans les prochaines semaines, alors qu’on sait qu’on se dirige vers une élection fédérale, autant du côté de M. Trudeau que des autres partis fédéraux, nous aurons des propositions concrètes, des engagements chiffrés dans ces différents domaines. »

Le premier ministre du Québec ajoute que les compensations pour les producteurs laitiers se font toujours attendre. « Il y a beaucoup de dossiers qui sont en suspens avec le gouvernement fédéral. Il est temps qu’on concrétise tout ça. »

Le sujet de l’aide médicale à mourir n’a pas été spécifiquement abordé. « Mais j’ai déjà dit qu’on est ouverts à élargir l’aide à mourir. On veut le faire d’une façon non partisane. Il faut au moins se poser des questions. C’est un sujet qui est très présent un peu partout dans le monde et il faut continuer à faire évoluer notre façon de traiter les patients qui ont des maladies graves. »

Réforme du scrutin

En entrevue à La Tribune, François Legault a par ailleurs réitéré son intention de réformer le mode de scrutin au Québec. Il rapporte qu’il compte travailler avec les autres partis pour y parvenir, comme il le fait dans le dossier du traitement de plaintes de nature sexuelle. « C’est un message que j’ai bien perçu pendant la campagne électorale. Les Québécois souhaitent qu’il y ait moins de chicane entre les partis. Ça va aussi dans le sens de la réforme du mode de scrutin qu’on est en train de regarder. C’est sûr qu’un mode de scrutin proportionnel mixte amènera plus de gouvernements minoritaires. Ça va dans le même sens de travailler en concertation pour le bien des citoyens. »

Il compte donc déposer un projet de loi dans les prochains mois. « On a signé une entente avec le Parti québécois et Québec solidaire. On s’est engagé à déposer un projet de loi dans la première année et ce sera fait. J’ai l’intention d’être un facilitateur pour travailler ensemble. Je pense que les citoyens voient un gouvernement moins arrogant, plus proche de leurs préoccupations, mais c’est toujours fragile cette confiance-là. »