Justin Trudeau et ses ministres seront à Sherbrooke la semaine prochaine.

Peu de détails filtrent sur la réunion des ministres à Sherbrooke

À moins d’une semaine de la tenue de la retraite bisannuelle du cabinet des ministres fédéraux à Sherbrooke, les préparatifs vont bon train, mais on demeure discret sur la logistique et la sécurité qui entoureront l’événement.

Au bureau du premier ministre Justin Trudeau, on ne pouvait fournir beaucoup de détails sur cette réunion des 34 ministres qui se réuniront à Sherbrooke du 16 au 18 janvier. On pourra en dire plus au début de la semaine prochaine.

À lire aussi: Le cabinet des ministres se réunira à Sherbrooke

Trudeau doit réponde à plusieurs questions franches lors d'une assemblée

On ne veut pas dire où aura lieu l’événement. On sait toutefois que le premier ministre s’amènera à Sherbrooke mercredi. La réunion du cabinet débutera tôt jeudi matin. On a aussi prévu un point de presse vers 15 h vendredi, confirme toutefois à La Tribune Chantal Gagnon, attachée de presse principale au cabinet du premier ministre à Ottawa.

« C’est un événement qui marque le début de l’année et le début d’une année électorale, dit-elle. Tous les ministres seront là. »

« Les réunions ne seront pas publiques, mais les ministres vont tenir des points de presse sur différents dossiers. Il y aura aussi des rencontres avec des gens et des organismes de la région. »

Rappelons que ce type de rencontre survient deux fois par année et se déplace dans chaque province, à l’extérieur d’Ottawa. En ce mois de janvier 2019, c’est le tour du Québec de recevoir la réunion des ministres.

Comité d’accueil

La Tribune a appris que le premier ministre aura droit à un comité d’accueil, notamment par une manifestation organisée mercredi en fin de journée dans le secteur du Grand Times Hôtel par l’organisation locale de Greenpeace. On souhaite démontrer la solidarité envers les Premières Nations, les territoires autochtones non cédés et la justice climatique.

La manifestation se déroulera alors que le Parti libéral du Canada tiendra à cet endroit une soirée à laquelle M. Trudeau prendra part. « Cette soirée inspirante vous permettra tout à la fois d’entendre Justin Trudeau et de montrer votre appui alors que nous nous préparons à faire élire plus de députés libéraux québécois en 2019! », souligne l’invitation qui a été diffusée sur Facebook. Le billet régulier donnant accès à la soirée se vend au coût de 400 $.

La tenue de la retraite se fera vraisemblablement quelques jours après un petit remaniement ministériel. Des rumeurs permettent de croire que M. Trudeau apportera plusieurs modifications à son cabinet, rapporte La Presse canadienne. Le bureau du premier ministre a confirmé que le remaniement aurait lieu lundi.

Le jeu de chaises se déroulera donc dans la foulée de la démission, jeudi, du président du Conseil du Trésor, Scott Brison. Il a informé le cabinet du premier ministre Justin Trudeau qu’il a décidé qu’il ne se représenterait pas aux élections de l’automne prochain. 

Établir les priorités

Jeudi, dans un communiqué de presse obtenu par La Tribune, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé qu’au cours de la retraite, les participants « échangeront sur la façon de continuer à obtenir de résultats concrets pour les Canadiens, à renforcer encore davantage l’économie canadienne et à créer de bons emplois pour la classe moyenne d’un bout à l’autre du pays. Les discussions porteront également sur d’autres priorités pour le gouvernement, comme la diversification du commerce international, la lutte contre les changements climatiques et la protection de l’environnement. »

« La retraite qui aura lieu à Sherbrooke s’inscrit dans l’engagement du gouvernement à aider les Canadiens à prospérer dans l’économie d’aujourd’hui et de demain, et à encourager une croissance économique forte dans toutes les régions du pays », signale-t-on.

De plus, six chefs de mission canadiens participeront à une discussion d’experts portant sur la place du Canada dans un monde en évolution. Ils souligneront également la base économique solide que le Canada a établie en modernisant l’accord de libre-échange nord-américain et en concluant des accords de libre-échange avec l’Union européenne et les marchés en plein essor de l’Asie.