La ministre de la Santé Danielle McCann

Pénurie d’infirmières dans Charlevoix: McCann doit agir, réclame la FIQ

La FIQ a réclamé lundi l’intervention de la ministre de la Santé, Danielle McCann, d’agir pour contrer la pénurie d’infirmières dans la région de Charlevoix.

Selon le syndicat, les «options à coût nul» ont été «épuisées» pour contrer ce manque d’effectifs infirmiers qui affectent la région depuis plusieurs années, engendrant une hausse des heures supplémentaires obligatoires. 

Dans un communiqué diffusé lundi, la présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Capitale-Nationale (FIQ-SPSCN), Patricia Lajoie, explique que «localement, les dirigeants ont multiplié les efforts durant les dernières années pour recruter des professionnelles en soins», et que «nos membres se sont inscrites de bonne foi dans la recherche de solutions, mais en vain». 

Selon la FIQ-SPSCN, les heures supplémentaires obligatoires sont de plus en plus fréquentes. Sur 203 griefs déposés à ce sujet au CIUSSS de la Capitale-Nationale, 165 proviennent de la région de Charlevoix. Étiré au maximum, l’élastique serait «sur le point de péter», dénonce-t-on. 

Le syndicat dit assister à un délaissement de la profession. Il en veut pour preuve l’annulation de la dernière cohorte en soins infirmiers au Cégep de La Malbaie, une réalité qui touche d’ailleurs d’autres cégeps régionaux. 

À l’heure actuelle, il manquerait 25 infirmières à temps complet, ce qui représente 3750 heures-soins par mois. «C’est énorme, et ces heures retombent sur les épaules de 360 professionnelles en soins de Charlevoix qui travaillent déjà à temps complet», déplore le vice-président de la FIQ-SPSCN, Pierre-Olivier Bradet. 

Le syndicat demande à la ministre McCann «d’aider la région de Charlevoix pour assurer la pérennité des soins à la population et la santé des professionnelles qui y travaillent». Il propose notamment de mettre en place une prime d’attraction-rétention et de permettre, grâce à une aide financière «substantielle», à des infirmières auxiliaires de la région de faire la passerelle DEP-DEC pour devenir infirmières et pourvoir ainsi les postes vacants.

Au cabinet de Danielle McCann, on indique que la ministre de la Santé «a demandé au bureau de son sous-ministre d’envoyer du support en ressources humaines pour intensifier les efforts de recrutement» dans Charlevoix. 

À propos des enjeux plus larges de temps supplémentaire obligatoire, on réitère être en attente de la fin des projets-pilotes, «qu’on va analyser et compiler pour que d’ici la fin de 2019, on diminue le recours au temps supplémentaire obligatoire», que le gouvernement Legault prévoit toujours abolir.