La sculpture Le Fougueux, faite en lames d’acier inoxydable, trône au centre du rond-point à Bromont. Elle doit être déménagée à Sherbrooke l’an prochain.

Où ira la sculpture Le Fougueux?

SHERBROOKE — La magnifique sculpture baptisée Le Fougueux de Bromont prendra le chemin de Sherbrooke, mais pour être installée où et comment? Ce n’est pas encore déterminé.

Les recherches faites par La Tribune pointent vers le futur ensemble résidentiel Quartier équestre, le long du nouveau boulevard René-Lévesque, dans le secteur Rock Forest.

À lire aussi: Le Fougueux quittera Bromont pour Sherbrooke

Joints à ce sujet, les promoteurs du projet se sont refusés à tout commentaire, sauf pour dire que la décision à savoir ce qui adviendra de l’œuvre n’est pas prise. On est en pourparlers avec la Ville de Sherbrooke. Les discussions semblent plus ardues qu’anticipées.

Selon son site internet, le quartier résidentiel veut s’intégrer à son environnement équestre « en bâtissant des habitations d’architecture et de styles classiques, avec des matériaux nobles qui traverseront le temps ».

La sculpture représentant un imposant et majestueux cheval, faite d’acier inoxydable, pourrait donc s’agencer dans le décor, notamment dans le rond-point reliant le boulevard René-Lévesque et le chemin Henri-Labonne.

La Voix de l’Est rapportait récemment que l’œuvre, réalisée par l’artiste Mathieu Isabelle en 2013, quittera Bromont au cours des mois à venir. Le Fougueux venait d’être vendu et sa destination est Sherbrooke.

Depuis 2015, la sculpture équine  trône au centre du rond-point, en bordure des bretelles d’accès à l’autoroute 10 et donnant sur le chemin Saxby Sud, à Bromont. Cette même année, la Ville avait entériné une lettre d’intérêt pour l’acquisition de la sculpture installée en vue des Mondiaux équestres.

La Ville de Bromont et l’artiste n’ont pas pu s’entendre pour un achat. Une résolution adoptée par le conseil municipal stipulait qu’une offre d’achat d’au maximum de 125 000 $ avait été faite. Or, les deux parties n’ont pas donné suite au dossier malgré un accord en bonne et due forme, rapportait le quotidien de Granby.

M. Isabelle n’avait donc jamais reçu un sou pour son œuvre, avant de la vendre à une entreprise de Sherbrooke liée au Quartier équestre, note Kelly Ann Normandin, de l’entreprise Zaz Conseil, à titre d’agente de l’artiste. Cette dernière ne dévoile pas le montant de la transaction.

Selon elle, ce n’est pas avant mai qu’on procédera au déménagement du Fougueux. D’ici là, les nouveaux acquéreurs auront probablement eu le temps de lui trouver un emplacement.

Nathalie Fortin, agente professionnelle à la division de la culture à la Ville de Sherbrooke, confirme avoir eu des échanges avec la direction de l’ensemble résidentiel. Elle se dit en attente d’une réponse. Chaque œuvre répond à un besoin dans un lieu précis, dit-elle.

« Je n’ai pas eu le dossier. On m’a contactée pour savoir comment on peut implanter une sculpture sur le territoire de la Ville. J’ai fourni un formulaire à remplir. Je n’ai pas eu de retour », raconte-t-elle.

« Nous avons une politique de gestion et de développement de notre collection d’œuvres d’art. Il y a des critères à respecter. Pour l’art public, on réfléchit à l’environnement, au lieu, pour définir les matériaux, le thème. Il y a aussi une question de sécurité à respecter. Nous avons une politique d’acquisition. On doit analyser la demande. Ultimement, ce sont les élus qui décident. »