Ottawa devance le retrait des wagons DOT 111

Le ministère des Transports du Canada a accéléré l'échéancier de retrait des wagons-citernes comme ceux impliqués dans la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic.

Les nouveaux échéanciers prévoient le retrait progressif des wagons-citernes CPC 1232 sans chemise (sans couche de protection thermique) qui transportent du pétrole brut 17 mois plus tôt que prévu, soit dès le 1er novembre 2018 plutôt que le 1er avril 2020.

On ordonne aussi le retrait progressif des fameux wagons-citernes DOT 111 sans chemise qui transportent des liquides inflammables très volatils plus de six ans plus tôt que prévu, soit dès le 1er janvier 2019 au lieu du 30 avril 2025.

Le transport des liquides inflammables par chemin de fer doit être effectué de la façon la plus sécuritaire possible, a annoncé Marc Garneau, ministre des Transports. Celui-ci a publié l’ordre 39 qui vise à accélérer l'échéancier de retrait des wagons-citernes les moins résistants aux impacts qui servent au transport du pétrole brut et des autres marchandises dangereuses.

Ces mesures, combinées aux autres mesures de sécurité ferroviaire prises par le gouvernement du Canada, améliorent encore davantage la sécurité du public en continuant de mettre hors service aussi rapidement que possible les wagons-citernes les moins résistants aux impacts, dit-il.

Le ministre a en outre annoncé mercredi qu'il appuie la création d'un groupe de travail dirigé par l'industrie sur les wagons-citernes destinés au transport du pétrole brut et des condensats, qui présentera des recommandations à Transports Canada au sujet de l'accélération des échéanciers de retrait progressif des wagons-citernes CPC 1232 avec protection thermique.

 « Le fait de retirer progressivement, aussitôt que possible, ces wagons-citernes moins résistants aux impacts constitue une autre mesure concrète prise par notre gouvernement pour améliorer la sécurité des collectivités le long de nos chemins de fer et pour veiller à ce que le réseau ferroviaire demeure un moyen de transport fiable pour nos produits et nos marchandises», déclare M. Garneau.

Le ministère des Transports mentionne que 21 367 wagons-citernes CPC 1232 sans chemise seront progressivement retirés d'ici le 1er novembre 2018. Le 1er novembre 2016, tous les wagons-citernes DOT 111 ont été complètement retirés du service de transport du pétrole brut.

Pour sa part, la présidente de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), Vicki-May Hamm, a réagi à cette annonce.

« La sécurité ferroviaire et le transport des marchandises dangereuses demeurent des sujets de grande préoccupation pour les villes et les collectivités canadiennes. Depuis la tragédie de Lac-Mégantic à l'été de 2013, le gouvernement fédéral a pris une série de nouvelles mesures qui ont répondu directement à la demande d’initiatives urgentes et concrètes que lui avait adressée la FCM.  Cette annonce est un autre pas important vers un transport ferroviaire plus sécuritaire des marchandises dangereuses», déclare Mme Hamm, mairesse de Magog.

«Les éléments clés de ce plus récent engagement répondent directement aux préoccupations soulevées par les gouvernements municipaux de toutes les régions du pays. Le retrait progressif accéléré des anciens wagons-citernes DOT/TC-111 avec chemise et sans chemise réduira les risques associés au transport de pétrole brut par train et améliorera la sécurité de nos collectivités. »

La FCM continue de demander au ministre et aux responsables de Transports Canada de mettre en œuvre des réformes concrètes pour améliorer la sécurité du réseau ferroviaire canadien.

«Nous mettrons l’accent sur des mesures pour assurer une sécurité accrue aux passages à niveau et au voisinage des lignes ferroviaires où vivent et travaillent des citoyens. Et nous poursuivrons la recherche de solutions permanentes pour partager les informations importantes et veiller à ce que les travailleurs municipaux de première ligne soient bien préparés dans l'éventualité d'une urgence ferroviaire», dit-elle.

« Pour continuer d'obtenir de bons résultats, les gouvernements municipaux doivent participer à l’élaboration des politiques et des règlements fédéraux. Nous poursuivrons donc nos démarches auprès de Transports Canada pour obtenir de nouvelles améliorations à la sécurité du transport ferroviaire et la mise en œuvre des nouvelles recommandations que formulera le Bureau de la sécurité des transports du Canada. »