Le défenseur Brooks Orpik a dénoué l’impasse dès la deuxième minute de la prolongation.

Orpik marque en prolongation, les Capitals l'emportent 4 à 3

WASHINGTON — Le défenseur Brooks Orpik a dénoué l’impasse dès la deuxième minute de la prolongation et les Capitals de Washington ont vaincu les Hurricanes de la Caroline 4-3, samedi.

Orpik, qui venait à peine de quitter le banc des siens, a accepté une passe d’Evgeny Kuznetsov avant de décocher un puissant lancer frappé qui a trompé la vigilance de Petr Mrazek dans la lucarne. Il ne s’agissait que du quatrième but d’Orpik en carrière en séries, mais deux de ceux-ci ont été inscrits en prolongation.

«On ne compte probablement pas sur moi pour marquer beaucoup de buts, mais si tu veux te rendre loin en séries, tous les joueurs doivent contribuer, a indiqué Orpik. Ça fait toujours du bien quand ton équipe a le dessus.»

Les Capitals, qui sont champions en titre de la coupe Stanley, ont pris les devants 2-0 dans cette série de premier tour de l’Association Est. Le troisième affrontement aura lieu lundi soir, au domicile des Hurricanes.

Nicklas Backstrom et T.J. Oshie ont tous les deux récolté un but et une mention d’aide pour les Capitals. Tom Wilson a été l’auteur de l’autre but des siens. Kuznetsov a terminé la rencontre avec deux assistances.

«Il n’y a pas meilleur joueur pour marquer en prolongation, a dit Wilson à propos d’Orpik. Nous étions survoltés et il le mérite. C’est un but très important pour nous.»

Lucas Wallmark, Sebastian Aho et Jordan Staal ont répliqué pour les Hurricanes, qui participent aux séries pour une première fois depuis 2009.

Braden Holtby a stoppé 25 tirs devant la cage des Capitals alors que pour la formation de la Caroline, Mrazek a cédé quatre fois en 33 lancers.

À l’instar du premier match de la série, les Capitals ont annoncé leurs couleurs dès la période initiale. Backstrom, qui avait inscrit deux buts au premier engagement, mercredi, a poursuivi sa lancée en se détachant du défenseur Justin Faulk avant de compléter une mise en scène d’Alex Ovechkin. Le Suédois n’a eu qu’à pousser le disque dans une cage libre.

Quelques minutes plus tard, le jeu de transition des Capitals leur a permis de doubler leur avance. Matt Niskanen a effectué une longue passe à Kuznetsov, qui a refilé le disque à Oshie, sur l’aile droite. L’attaquant a utilisé sa vitesse pour s’amener près de l’enclave, surprenant Mrazek grâce à un tir du revers rapide.

Les Hurricanes n’ont toutefois pas attendu le dernier tiers pour donner des signes de vie. Avant de retraiter au vestiaire, Wallmark a redirigé un tir de Jaccob Slavin pour déjouer Holtby. Le gardien est légèrement entré en contact avec l’attaquant Saku Maenalanen, mais les arbitres n’ont pas changé la décision après avoir consulté une reprise vidéo.

«Quand tu joues comme gardien, tu sais que c’est de l’obstruction, a fait valoir Holtby. Je ne vais toutefois pas continuer à me plaindre si c’est une pénalité ou non. Nous passons à autre chose.»

Le match aurait pu grandement basculer en deuxième période, mais Mrazek et l’unité de désavantage numérique des Hurricanes ont tenu le coup pendant une pénalité de cinq minutes décernée à Michael Ferland. Ce dernier a plaqué solidement l’attaquant des Capitals Nic Dowd, qui est resté au sol pendant quelques instants. Après un court conciliabule, les arbitres ont ensuite expulsé Ferland de la rencontre, au grand désarroi de l’entraîneur-chef Rod Brind’Amour, qui en avait long à dire.

«Pour être honnête, je n’ai pas mis toute la gomme, a assuré Ferland. J’aurais pu finir ma mise en échec avec l’épaule, mais j’ai plutôt utilisé ma hanche. Je crois que c’était une mise en échec légale et je ne suis pas d’accord avec la pénalité.»

L’indiscipline a ensuite frappé les Capitals, qui ont offert un avantage numérique de deux joueurs à leurs adversaires, mais les visiteurs ont créé l’égalité à forces égales, quand Aho a surpris Holtby en trouvant une brèche à la droite du gardien.

Au troisième vingt, l’équipe locale croyait bien en avoir fait assez pour quitter Washington avec une avance de 2-0 dans la série, après que Wilson eut réussi à glisser la rondelle entre les jambières de Mrazek, mais les Hurricanes ont fait preuve de résilience. Staal a nivelé la marque alors qu’il restait exactement cinq minutes à écouler, faisant dévier un tir de la pointe de Dougie Hamilton, lors d’une supériorité numérique.

Mrazek s’est occupé d’envoyer le match en prolongation, réalisant deux bijoux aux dépens de Wilson et de John Carlson, tard en troisième période.

+

LES BRUINS RÉPLIQUENT AUX MAPLE LEAFS ET ÉGALENT LA SÉRIE EN L'EMPORTANT 4 À 1 

BOSTON — Brad Marchand et Charlie Coyle ont touché la cible lors d’une tumultueuse première période et les Bruins de Boston ont défait les Maple Leafs de Toronto 4-1, samedi soir, pour niveler les chances dans la série.

Danton Heinen et Patrice Bergeron ont marqué les autres buts des Bruins, qui ont haussé le niveau d’intensité contre une équipe qui n’a pas fourni le même effort que lors du premier match de la série. Tuukka Rask a stoppé 30 rondelles.

Nazem Kadri a évité aux Maple Leafs l’affront d’être blanchis alors que Frederik Andersen a repoussé 37 tirs. Le troisième duel se tiendra lundi soir, au Scotiabank Arena de Toronto.

Lors du premier affrontement, les Maple Leafs avaient muselé le premier trio des Bruins à forces égales tout en exposant le manque de vitesse du vétéran défenseur de 42 ans Zdeno Chara.

Samedi, les visiteurs n’ont pas pu répéter leur recette gagnante.

«Je crois que nous n’avons simplement pas exécuté le plan de match aussi bien, nous ne manions pas la rondelle aussi aisément, a souligné le centre vedette des Maple Leafs, John Tavares. Ça ne nous a pas permis de générer autant d’échec-avant que nous l’avions fait lors du premier match.

«Nous avions qu’ils allaient ressortir fort et qu’ils allaient répondre avec fougue. Parfois, ce sont des choses qui arrivent. Tu dois tout de même te concentrer sur le plan de match et réussir à prendre le contrôle du match.»

Les Bruins sont sortis des blocs avec l’intention de venger leur revers et ils ont appliqué de bonnes mises en échec aux joueurs des Maple Leafs. Cette intensité, combinée à une ambiance électrique au TD Garden, a aidé l’équipe locale à prendre les devants 2-0 après 20 minutes.

Andersen a effectué des arrêts spectaculaires aux dépens de David Pastrnak et Jake DeBrusk, mais il n’a rien pu faire contre le tir de Coyle. Rayé de la formation mercredi, le vétéran David Backes a remis la rondelle à Coyle, qui a battu le gardien des Maple Leafs à 4:44.

Les Bostonais ont doublé leur avance quand le défenseur Jake Muzzin a raté une rondelle au vol, en zone neutre. Pastrnak s’est emparé du disque et il l’a remis à Marchand, qui a été patient avant de glisser l’objet entre les jambières d’Andersen.

«Les 10 premières minutes, ils ont été très imposants physiquement, ils essayaient de se prouver, a mentionné Auston Matthews. Nous avons résisté à la tempête aussi longtemps que nous avons pu.»

Le jeu musclé a pris de l’ampleur tout au long de la partie. Muzzin a notamment servi une violente mise en échec à l’endroit de Torey Krug, qui a quitté la patinoire et n’est pas revenu dans le match. Les Bruins en ont tout de même profité pour ajouter un troisième but, quand William Nylander a échappé la rondelle près de son filet. Heinen n’en demandait pas tant.

DeBrusk, qui avait été aux prises avec Kadri, plus tôt dans le match, a retrouvé l’attaquant des Maple Leafs sur sa route lorsqu’il a semblé sortir le genou à son égard. Kadri est resté sur la patinoire, mais il est revenu au troisième vingt pour faire bouger les cordages.

«Naz (Kadri) est un des éléments-clés de l’équipe, a soutenu Tavares. Peu importe les circonstances, nous croyons en chacun des gars qui sont dans ce vestiaire.»

Kadri n’a pas attendu longtemps avant de prendre sa revanche, assénant un double-échec au visage de DeBrusk, quelques secondes après qu’il eut plaqué durement Patrick Marleau. Bergeron a profité de cet avantage numérique de cinq minutes pour planter le dernier clou dans le cercueil des Maple Leafs. La Presse canadienne

+

CRAIG SMITH PROCURE UNE VICTOIRE DE 2-1 AUX PREDATORS ET ÉGALE LA SÉRIE

NASHVILLE — Craig Smith a joué les héros en prolongation et les Predators de Nashville ont signé une importante victoire de 2-1 contre les Stars de Dallas, samedi soir, devant leurs partisans.

Le long de la bande, l’attaquant des Predators Calle Jarnkrok a glissé la rondelle à son coéquipier Mattias Ekholm, installé à la pointe gauche. Ce dernier a décoché un violent tir qui a touché le défenseur des Stars Roman Polak près du visage et le disque est tombé aux pieds de Smith, qui a dégainé rapidement pour faire scintiller la lumière rouge.

«Tu as besoin de joueurs qui élèvent leur jeu d’un cran quand tu perds dans la série et qu’un match se rend en prolongation, a affirmé l’entraîneur-chef des Predators, Peter Laviolette. Nous avions besoin de tous les joueurs et de cette victoire. C’était très bon pour Craig.»

Il s’agissait du premier but en carrière de Smith lorsqu’un match de séries se retrouve en prolongation, mais d’un troisième but vainqueur en carrière en séries, ce qui égale un sommet dans l’histoire des Predators.

«C’était une réaction retardée, a exprimé Smith. Je crois que Polak a fait tomber la rondelle et elle est apparue sur la lame de mon bâton. Je ne sais pas comment elle a pu se faufiler, mais je voulais mettre mon bâton sur le disque et créer de la circulation.»

Cette victoire permet aux Predators de créer l’égalité 1-1 dans cette série de premier tour de l’Association Ouest. La série se transporte maintenant à Dallas et le troisième duel se tiendra lundi soir.

Rocco Grimaldi, avec son premier but en carrière en séries, a enfilé l’aiguille pour la formation de Nashville. Pekka Rinne a repoussé 22 des 23 lancers dirigés vers lui.

Jamie Benn a ouvert la marque pour les Stars, qui ont vu le gardien Ben Bishop réaliser 40 arrêts.

«Nous savions que nous affronter les Predators à leur plus haut niveau et ce fut le cas, a observé l’entraîneur-chef des Stars, Jim Montgomery. Ils formaient la meilleure équipe ce soir et si ça n’avait pas été de Ben, il n’y aurait pas eu de prolongation. Nous devons rebondir et nous le ferons. Nous devrons être meilleurs.»

Encore une fois transportés par leurs bruyants partisans, les Predators ont ouvert la machine en première période, mais Bishop n’a rien donné. Le gardien a été parfait devant 16 tirs et il s’est notamment dressé devant P.K. Subban, Kyle Turris et Ryan Johansen.

Les Stars ont mis plus de six minutes avant de décocher un lancer sur le filet de Rinne et ils n’ont pas été crédités d’un tir lors des cinq dernières minutes du premier engagement. Ce sont toutefois eux qui se sont inscrits au pointage en premier.

Il n’y avait même pas deux minutes d’écoulées à la période médiane quand Benn a fait bouger les cordages. Le capitaine des Stars a frappé au vol une passe de Tyler Seguin, quelques secondes après que l’échec avant efficace d’Alexander Radulov eut forcé Ekholm à commettre un revirement.

La troupe de Nashville n’a cependant pas mis de temps avant d’assurer la réplique. Austin Watson a fait du bon travail derrière le filet, en étant physique aux dépens du défenseur Taylor Fedun, et il a refilé le disque devant. Grimaldi, du haut de ses cinq pieds six pouces, a échappé à la couverture des Stars pour loger la rondelle par-dessus la mitaine de Bishop.

Même s’il a été moins testé que Bishop dans la rencontre, Rinne a effectué quelques arrêts importants. Il a notamment réservé son plus beau à Seguin, en début de troisième vingt. Le grand Finlandais s’est déplacé latéralement de droite à gauche pour frustrer l’attaquant des Stars.

Dès les premiers instants de la prolongation, Viktor Arvidsson a donné la frousse aux hommes de Jim Montgomery en revenant devant le filet de Bishop, mais le gardien a bloqué son tir bas avant de voir la rondelle effleurer le poteau à sa gauche. La Presse canadienne