L’avion en provenance de l’Ontario avait prévu faire un arrêt à Bagotville pour faire le plein. Le pilote a plutôt dû se rendre à Saint-Honoré.
L’avion en provenance de l’Ontario avait prévu faire un arrêt à Bagotville pour faire le plein. Le pilote a plutôt dû se rendre à Saint-Honoré.

Opération à Saint-Honoré pour un avion dérouté

Un petit avion américain qui souhaitait atterrir à l’aéroport de Bagotville pour se ravitailler a été dans l’obligation de revoir ses plans, en début d’après-midi, mardi. L’appareil, en provenance de l’Aéroport d’Oshawa, en Ontario, n’avait pas l’autorisation nécessaire, de sorte qu’il a été dérouté avant d’aller se poser à l’aéroport civil de Saint-Honoré.

Puisque l’aéroport de Bagotville est régi selon les règlements et normes de la Base militaire, le pilote d’avion civil doit faire une demande de permis pour avoir le droit d’y atterrir. Puisque cette demande n’a pas été faite à l’avance, l’avion a dû se tourner vers Saint-Honoré.

L’avion en provenance de l’Ontario avait prévu faire un arrêt à Bagotville pour faire le plein. Le pilote a plutôt dû se rendre à Saint-Honoré.

La manoeuvre a provoqué un certain branle-bas de combat en cette période de crise sanitaire. La Sûreté du Québec (SQ) a notamment été dépêchée sur place pour faire respecter les mesures d’urgence imposées par le ministère québécois de la Santé et des Services sociaux.

Tout s’est finalement déroulé rondement et, moins de deux heures plus tard, l’appareil, un Piper PA-32R Saratoga, a quitté le sol saguenéen en direction de Goose Bay, à Terre-Neuve-et-Labrador. Les occupants de l’avion six places n’ont jamais mis les pieds à l’extérieur. Plusieurs agents de la SQ ont été dépêchés sur place pour assurer la sécurité et le respect des mesures d’hygiène. Rappelons que tout voyage non essentiel est présentement interdit au Saguenay-Lac-Saint-Jean en raison de la crise du coronavirus.


La Sûreté du Québec a été dépêché à l’aéroport de Saint-Honoré pour faire respecter les mesures d’urgence sanitaire.

Selon l’itinéraire de vol, l’avion a quitté la Floride vendredi, est arrivé au Canada lundi, plus précisément à Hamilton, avant de faire escale au Saguenay mardi.

«Le pilote ne savait que l’aéroport de Bagotville était militaire et qu’une demande d’autorisation d’atterrir devait être faite 48 heures à l’avance, a expliqué le Capitaine Gabriel Ferris, porte-parole des Forces pour la Base militaire de Bagotville. Peu importe d’où provient l’avion, ça prend toujours une demande d’accès pour atterrir. Ce n’est donc pas une situation spéciale.»

La Sûreté du Québec a été dépêché à l’aéroport de Saint-Honoré pour faire respecter les mesures d’urgence sanitaire.

L’opération de mardi a exigé certaines opérations supplémentaires, mais il arrive parfois que des avions tentent de se poser à Bagotville sans avoir l’autorisation requise, a confirmé le Capitaine Ferris.

«Ce n’est pas exceptionnellement rare, mais ça peut arriver de temps en temps. Ce n’est pas tout le monde qui sait que Bagotville est une base militaire. Pour nous, c’est très routinier.»

La Sûreté du Québec a été dépêché à l’aéroport de Saint-Honoré pour faire respecter les mesures d’urgence sanitaire.

À la Sûreté du Québec, l’appel de mardi s’est déroulé dans le bon ordre.

«Il n’y a pas eu de complication, c’est juste qu’il a fallu mettre en oeuvre les mesures de sécurité, a expliqué le porte-parole de la Sûreté du Québec, Hugues Beaulieu. On est sur place pour s’assurer que tout se déroule bien. On applique les mêmes normes que le ministère de la Santé et des Services sociaux.»

L’avion en provenance de l’Ontario avait prévu faire un arrêt à Bagotville pour faire le plein. Le pilote a plutôt dû se rendre à Saint-Honoré.
L’avion en provenance de l’Ontario avait prévu faire un arrêt à Bagotville pour faire le plein. Le pilote a plutôt dû se rendre à Saint-Honoré.