The Legend of Zelda: Link’s Awakening sortira le 20 septembre sur la console Switch.

Nintendo: une traduction pour le Québec

Comme c’est souvent le cas, Nintendo misera pour l’importante période des Fêtes sur la série Zelda pour mousser ses ventes, avec The Legend of Zelda: Link’s Awakening sur la console Switch. Et encore une fois, la traduction française aura une touche d’ici, car elle sera réalisée par une équipe de Québécois basés... à Seattle!

Ce jeu est en fait une reprise du jeu initialement sorti sur Game Boy en 1993, initialement dans les tons de noir et gris sur fond vert du doyen des consoles portables. Le jeu avait été relancé plus tard en version couleur très simple sur le Game Boy Color. Mais dans la version Switch, les graphiques présenteront un monde coloré et au look pouvant ressembler à des personnages en plasticine, bien loin du niveau de réalisme de la sortie précédente dans la série, Breath of the Wild.

La porte-parole de Nintendo du Canada, Julie Gagnon, croit que ce jeu sera un succès au Québec dès sa sortie le 20 septembre. Selon elle, la traduction adaptée au Québec sera un point fort.

«C’est une équipe de Québécois qui est basée à Nintendo of America (à Seattle dans l’État de Washington) qui fait ça, et même si des fois un jeu est traduit en France, ils vont repasser dessus et ils vont adapter certains mots, un certain vocabulaire, pour vraiment que ce soit un français plus international ou vraiment plus qui nous ressemble. Et ça, c’est vraiment très apprécié. Le travail est fait de façon assidue pour s’assurer que le plus grand nombre de jeux soit disponibles en français», a-t-elle d’abord partagé.

Quand Link se réveille au début du jeu, après avoir été récupéré inconscient sur une plage, Marin lui dit, dans la version française nord-américaine, qu’il «est encore un peu poqué.»

Selon elle, ils se sont surpassés dans la dernière version.

«Hier matin, quand j’ai vu pour la première fois The Legend of Zelda: Link’s Awakening, au début quand Link se réveille, Marin lui dit ‘‘Link, tu es encore un peu poqué’’, j’ai trouvé ça ‘‘cute’’. C’est une bonne traduction par rapport à la France où ils l’avaient traduit en disant ‘‘Link, tu es encore un peu patraque’’», a raconté en riant la porte-parole jointe directement au stand de Nintendo à Los Angeles, dans le cadre du E3, la grand-messe des jeux vidéo.

Si lors des premières traductions pour le Québec le niveau de langage pouvait surprendre dans les jeux de Mario et Zelda, Julie Gagnon estime aujourd’hui que le ton est le bon. «L’équilibre est excellent, comme je disais c’est une équipe qui travaille-là à l’interne. D’ailleurs le gars qui a traduit Breath of the Wild, il l’a fait à 100%. C’est vraiment les plus grands fans que je connaisse en plus. C’est toujours intéressant de voir leur travail. Je suis en communication de façon régulière avec eux pour la terminologie de nos jeux, quand on arrive pour traduire les communiqués de presse ou quand moi j’ai à partager de l’information sur les jeux avec les journalistes. Je m’assure d’avoir le bon vocabulaire qui a été développé par l’équipe de trois à quatre», a-t-elle poursuivi.

Ce n’est d’ailleurs pas tout pour Zelda, alors que la suite de Breath of the Wild est en préparation. Une vidéo très sombre et dramatique a été présentée, sans toutefois spécifier de date de sortie. Il s’agira seulement de la deuxième fois où deux jeux de Zelda sortiront sur la même console avec le même style graphique, soit depuis Majora’s Mask qui avait suivi Ocarina of Time en avril 2000 sur la Nintendo 64.

Les autres jeux

Les autres sorties majeures pour Nintendo cet automne seront Luigi’s Mansion 3 (aucune date pour le moment) et les deux jeux de Pokémon, Pokémon Sword et Pokémon Shield le 15 novembre. Cependant, la prochaine version de la série Animal Crossing a été repoussée au 20 mars 2020.

+ DES JEUX FAITS ICI

Une dizaine de jeux actuellement disponibles sur la Switch ont été créés par des développeurs indépendants basés au Québec. Il y a notamment The Messenger, un jeu primé de ninjas aux graphiques de style 8 bits, ou encore Kona, une aventure qui se déroule dans les années 70 dans le nord du Québec et dont le narrateur est nul autre que Guy Nadon. 


L’événement de mars regroupait des compagnies réunies dans la Guilde des développeurs de jeux indépendants du Québec, dont le directeur général est Jean-Martin Aussant.

D’autres jeux disponibles sont Mages of Mystralia, Speed Brawl, Shrouded Isle, Sundered, Gauche-Droite Le Manoir ainsi que les deux Outlast.

Pour les promouvoir, Nintendo a tenu en mars une journée à Montréal où les développeurs québécois étaient réunis. « Ça s’appelait la Vitrine Nindies (une contraction de Nintendo et Indies, pour indépendants) du Québec. C’était avec tous les développeurs qui étaient là pour raconter leurs jeux. J’espère sincèrement que c’est la première d’une longue série, il y a tellement de sorties de jeux québécois », a raconté la porte-parole de Nintendo du Canada, Julie Gagnon. Elle n’a pas écarté qu’un tel événement pourrait se tenir ailleurs qu’à Montréal.

Nintendo du Canada devrait tenir d’autres événements pour promouvoir les jeux disponibles sur la Switch faits au Québec.