La conseillère gatinoise Nathalie Lemieux

Nathalie Lemieux est de retour à la table du conseil de Gatineau

La conseillère Nathalie Lemieux a effectué un retour au conseil municipal, mardi, après six semaines d’absence. Il s’agissait d’une surprise pour la plupart de ses collègues autour de la table. La politicienne qui a perdu son poste au comité exécutif et son titre de mairesse suppléante dans la foulée de ses propos controversés concernant l’intégration des communautés musulmanes a cependant refusé catégoriquement de rencontrer les médias.

Mme Lemieux n’avait pas été revue à la Maison du citoyen depuis ses propos controversés et condamnés par la grande majorité de ses collègues sur l’islamophobie. Elle avait aussi suscité la controverse en se questionnant, sur les réseaux sociaux, sur la rotondité de la planète Terre. 

Mme Lemieux est apparue souriante et sereine en ouverture du caucus préparatoire, en après-midi. Une discussion en retrait avec le chef de cabinet, Melvin Jomphe, où elle a été vivement invitée à rencontrer les médias a cependant semblé beaucoup plus émotive pour la politicienne. Par la voix d’une porte-parole de la Ville, Mme Lemieux a indiqué qu’elle n’« avait rien à ajouter par rapport à la situation ». 

En soirée, elle a de nouveau refusé de répondre aux questions des médias, mais elle a profité de son allocution de conseillère en ouverture de séance pour faire une déclaration qui est demeurée dénuée d’excuse formelle. « Au cours des dernières semaines, je me suis absentée de la table du conseil pour des raisons personnelles dont je ne discuterai pas publiquement, a-t-elle affirmé. Je vous remercie de respecter ma vie privée. Je tiens à remercier les quelques collègues qui tout au long de cette période difficile de ma vie ont maintenu leur confiance à mon égard. Merci aussi aux citoyens qui ont su porter un regard au-delà de ce qui a été rapporté dans les médias. »

Au début février, Mme Lemieux a affirmé au Droit que le mot islamophobie « n’existe même pas », que Justin Trudeau « invente ce problème », et qu’il « tente de provoquer des problèmes où il n’y en a pas ». Elle avait ajouté que « quand un peuple veut s’intégrer, il s’intègre et ce peuple ne s’intègre pas ». 

Malgré des demandes pressantes de certains de ses collègues, Mme Lemieux ne s’est jamais excusée formellement pour les propos qu’elle a tenus. Elle avait cependant affirmé, sur les réseaux sociaux, être « désolée » que la publication de ses propos « ait pu choquer ou blesser qui que ce soit ».