Dans une vidéo diffusée sur la chaîne YouTube, deux ambulanciers du Bas-Saint-Laurent, Marianne Cyr et Alexandre Arsenault, déplorent qu’«à cause de Barrette et des horaires de faction, la population de La Métis doit attendre huit minutes avant le départ des ambulances lors d’appels d’urgence».

Mot-clic #ÀCauseDeBarrette: les ambulanciers invités à dénoncer

«Vous, Dr Barrette, seriez-vous capable de retenir votre souffle pendant huit minutes ? Un enfant qui s’étouffe doit le faire.»

La Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) a lancé jeudi le mot-clic #ÀCauseDeBarrette et invité ses membres à «dénoncer les conséquences de l’action, voire de l’inaction dans certains cas, du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette».

Dans une vidéo diffusée sur la chaîne YouTube, deux ambulanciers du Bas-Saint-Laurent, Marianne Cyr et Alexandre Arsenault, déplorent qu’«à cause de Barrette et des horaires de faction, la population de La Métis doit attendre huit minutes avant le départ des ambulances lors d’appels d’urgence». Ils demandent au ministre Barrette s’il serait capable de retenir son souffle pendant huit minutes et lui exposent qu’«un enfant qui s’étouffe doit le faire».

Dans une autre vidéo, l’ambulancier Pierre-Luc Croteau souligne qu’il a fait plusieurs réanimations dans sa carrière, et que «s’il y a une chose qui se ressemblait à chaque appel, c’était [son] temps de réponse, toujours de cinq à six minutes». «On peut réanimer dans ce temps-là. En ce moment, nos délais sont de 15 à 20 minutes. On ne réanime personne», lance-t-il, déplorant le manque de véhicules ambulanciers à Lévis.

+