Le corps du jeune homme de 19 ans a été découvert dans une résidence de la rue de L’Ontario, le 25 décembre.

Mort mystérieuse le jour de Noël

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) a ouvert une enquête à la suite de la découverte d’un corps sans vie d’un jeune homme de 19 ans le jour de Noël.

Policiers, ambulanciers et premiers répondants sont intervenus au 1035 de la rue de L’Ontario. Le décès de l’homme de 19 ans a été constaté sur place, mentionne Martin Carrier, porte-parole du SPS.

« Une enquête du coroner a été entreprise pour déterminer la cause et les circonstances du décès », dit-il.

« Aucune hypothèse n’est écartée. Les enquêteurs de notre service sont en attente d’informations de la part du bureau du coroner ainsi que d’un pathologiste pour déterminer les causes du décès. »

M. Carrier assure qu’aucune autre information ne sera transmise d’ici la réception des informations des enquêtes en cours.

Selon ce qu’a pu apprendre La Tribune, la découverte du corps a été faite dans une résidence accueillant des personnes souffrant de déficience intellectuelle. 

Au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, on se refuse à tout commentaire. La porte-parole Annie-Andrée Émond dit qu’aucune information ne sera divulguée publiquement pour ne pas nuire à l’enquête du SPS, à la demande du corps policier.

Il n’a pas été possible d’en savoir plus en se rendant sur place. La personne qui a ouvert la porte de la résidence de la rue de l’Ontario n’a pas voulu commenter, prétextant que des parents n’avaient pas été avertis des événements.

D’autres cas

Cette affaire s’ajoute à deux meurtres survenus au cours des dernières semaines.

Le 4 décembre 2017, Pascal Gagnon, un individu qui combat un cancer, aurait abattu son ancien partenaire d’affaires. Érick Lavoie se trouvait dans son domicile sur la rue de Bordeaux dans le secteur Rock Forest lorsque Gagnon est débarqué chez lui en fin de soirée. Il aurait atteint la victime mortellement à l’aide d’un projectile d’arme à feu.

Lundi, un drame familial est survenu, alors qu’une femme de 52 ans a été poignardée à mort par son fils de 34 ans qui serait aux prises avec des problèmes de santé mentale. Tom Néron, 35 ans, a été accusé du meurtre au deuxième degré d’Arlène Girard. Cette troublante affaire est survenue vers 16 h 15 sur la rue du Paillard dans le secteur Rock Forest.

C’est sans compter que dans les premiers jours de janvier, un homme d’une cinquantaine d’années a été retrouvé inanimé dans le secteur Saint-Élie à Sherbrooke. La thèse de l’acte criminel a été écartée par la suite par les enquêteurs.

Au début de décembre, le coroner avait été chargé de faire enquête à la suite du décès d’un résidant de l’Hôpital et centre d’hébergement Argyll de Sherbrooke. Le Service de police de Sherbrooke avait collaboré avec le coroner dans son enquête. On n’a rien retenu de criminel dans le dossier.