Âgé de 64 ans, Mike Sherman, ancien entraîneur-chef des Packers de Green Bay dans la NFL, avait été embauché par les Alouettes en décembre 2017. Il lui restait encore une année à écouler à son contrat.

Mike Sherman quitte les Alouettes; Khari Jones assure l’intérim

MONTRÉAL — Les années se suivent et se ressemblent pour les Alouettes de Montréal, mais pas nécessairement pour les bonnes raisons.

À seulement six jours du début de la saison, la formation montréalaise et l’entraîneur-chef Mike Sherman ont mutuellement décidé de mettre un terme à leur association, samedi. Le coordonnateur offensif Khari Jones a été promu à titre d’entraîneur-chef par intérim, mais il portera les deux chapeaux pour l’organisation.

Citant comme raison de départ la lenteur des ajustements de Sherman à la Ligue canadienne de football, le directeur général Kavis Reed a tenu à saluer le dévouement de l’homme de 64 ans envers les Alouettes lors de son court passage avec l’équipe.

«J’aimerais remercier Mike pour son évaluation honnête de la situation et comme d’habitude, il a accueilli la décision avec beaucoup de professionnalisme, a mentionné Reed. Nous voulons aussi le remercier de sa contribution, qui nous a aidés à faire un pas de plus vers l’objectif de devenir une équipe aspirante année après année.»

Néanmoins, si on compte les présences des directeurs généraux Reed et Jim Popp à la barre des Alouettes, il s’agit du septième changement d’entraîneur depuis 2013 et déjà le deuxième depuis que Reed a pris les rênes de la formation, en décembre 2016.

«Nous avions identifié des éléments à modifier l’an dernier, mais malheureusement, ces ajustements ne se sont pas matérialisés, a expliqué Reed. Mike est un homme méticuleux et il sentait, comme nous, que nous devions sentir de l’amélioration. Nous voulions voir les ajustements pendant les matchs préparatoires et c’est pour cette raison que la décision a été prise tout juste avant le début de la saison.»

Alors que l’équipe était autrefois un modèle de stabilité, pratiquement à tous les niveaux, voilà qu’elle se retrouve maintenant sans propriétaire, avec un quart partant qui doit être nommé et un entraîneur-chef qui en sera à ses premières armes à ce poste.

«Ce n’est pas une décision facile, mais nous croyons qu’il s’agit de celle que nous devions prendre. Notre équipe sera entre de très bonnes mains parce que Khari a démontré de belles choses l’an dernier et il possède une belle expérience dans la LCF», a ajouté Reed.

Le directeur général a aussi confirmé que le commissaire de la LCF, Randy Ambrosie, avait approuvé la démission de Sherman, mais que la ligue, qui est maintenant propriétaire des Alouettes, n’a eu aucun mot à dire dans la décision et qu’elle n’avait pas mis de pression sur Reed.

Jones, qui en est à sa deuxième saison avec la troupe montréalaise, a travaillé avec les jeunes quarts en 2018. Il a malgré tout une impressionnante feuille de route dans le circuit canadien, ayant passé une dizaine d’années dans la ligue en tant que quart avant de faire le saut sur les lignes de côté.

Jones a amorcé sa carrière d’entraîneur en 2009, avec les Tiger-Cats de Hamilton, où il a dirigé les quarts lors de ses deux premières saisons avant d’être nommé responsable de l’attaque l’année suivante. Il a aussi soulevé la coupe Grey en 2013, alors qu’il en était à sa deuxième saison comme entraîneur des quarts avec les Roughriders de la Saskatchewan.

Âgé de 48 ans, Jones se dit prêt à relever le défi et il estime que le personnel d’entraîneurs et les joueurs sont capables de mener les Alouettes vers de grandes réussites.

«Ce ne sont pas des circonstances faciles, mais je suis très excité parce que j’aime l’équipe que nous avons bâtie, a-t-il insisté. Nous sommes bâtis pour gagner maintenant. Ce sera un effort d’équipe et je crois que les joueurs ont confiance en moi. Ils me connaissent, ils savent que j’ai déjà été dans leurs souliers et ils savent que j’ai leurs intérêts à coeur. Tout ce que je fais est en fonction de gagner des matchs.»

Les Alouettes ont conclu leur calendrier préparatoire avec un verdict nul de 20-20 contre le Rouge et Noir d’Ottawa, jeudi soir, et Reed a affirmé qu’il avait eu une bonne discussion avec Sherman après la rencontre.

«Nous n’étions pas en désaccord avec le personnel que nous avions et nous avions tous les deux l’impression que nous avions une très bonne équipe, a exprimé Reed. Notre philosophie a été établie en fonction des joueurs que nous avions dans l’organisation.»

Une rumeur circulait que la ligue avait envoyé des représentants lors du premier match préparatoire de l’équipe, à Toronto, afin d’évaluer le travail de Sherman. Ceux-ci craignaient qu’il soit victime d’une mutinerie de la part de ses joueurs. Reed a cependant nié qu’il avait reçu des plaintes des joueurs.

Les Alouettes amorceront leur calendrier régulier vendredi soir, à Edmonton. Jones n’a toujours pas dévoilé son quart partant, mais son idée semble déjà faite.

«Nous allons nommer notre quart partant cette semaine. J’ai déjà mon idée de qui héritera de ce rôle et j’ai grandement confiance en mon choix. Je suis très heureux d’avoir vu la compétition au poste de quart», a conclu Jones.