Les stations de ski ont sauvé les meubles en janvier malgré une météo instable.

Météo : les stations de ski évitent le pire

Les conditions météorologiques en dents de scie, au cours des dernières semaines, ont compliqué la tâche des gestionnaires des centres de ski de la région. Malgré tout, l’achalandage n’aurait pas subi une chute dramatique, comparativement à la moyenne des dernières saisons en décembre et en janvier.

«On a eu de bons week-ends et d’autres qui ont été moins achalandés, indique la directrice des ventes et du marketing à la station Mont Orford, Mélanie Morier. Entre autres, lors de notre événement Plaisir d’hiver, on était à pleine capacité.»

Mme Morier souligne que l’achalandage, en janvier, est rarement énorme dans les stations de ski de la région. Leurs gestionnaires n’auraient donc pas des attentes très élevées pour cette période. «Ce n’est habituellement pas difficile d’égaler les chiffres des saisons précédentes durant ce mois-là», dit-elle.

Du même souffle, elle ajoute que les «défis météo» sont fréquents, en début de saison, dans l’industrie du ski. «On a souvent des grands froids et de la pluie, par exemple. La météo a tendance à se replacer en février.»

Mélanie Morier assure par ailleurs que le personnel de la station Mont Orford déploie le maximum d’efforts afin que les conditions de glisse sur les pistes soient intéressantes. Une partie des canons à neige de la station ont redémarré ces derniers jours.

«Ce n’est pas une année de sous-bois pour le moment. Par contre, sur les pistes, on me dit que la couverture de neige est encore très bonne», déclare-t-elle.

Grand patron de la station Mont Sutton, Jean-Michel Ryan confie que le centre de ski qu’il dirige a enregistré un «très bon mois de janvier. On a l’impression que les gens qui ne sont pas sortis aux fêtes, à cause des grands froids observés à ce moment-là,  ont voulu se rattraper en venant skier. Il faut dire qu’on a reçu quelques bordées qui nous aidés.»

En dépit de son constat somme toute rassurant, M. Ryan admet qu’une tempête de neige serait bienvenue. «Une belle bordée serait une bonne chose. La couverture est mince dans les pistes à neige naturelle», reconnaît-il.


On sera ouvert à 100 pour cent pour la raquette et le ski de fond en fin de semaine.
Brigitte Marchand

Mont Bellevue

Au mont Bellevue, le responsable des opérations internes, Médhavie Dussault, affirme quant à lui que les conditions de glisse sur cette montagne demeurent intéressantes, malgré les sautes d’humeur de Dame Nature. Là aussi les canons ont soufflé de la neige ces derniers jours.
«Comparativement aux prévisions qu’on avait, je dirais qu’on a un bon début de saison. Les grands froids et la pluie n’ont pas empêché les gens de skier», révèle M. Dussault.
Pour sa part, la directrice du parc national du Mont-Orford, Brigitte Marchand, avoue que les revenus de l’aire protégée depuis le début de la saison ont diminué de 12 pour cent, en comparaison avec la période correspondante l’an dernier.
«On sera ouvert à 100 pour cent pour la raquette et le ski de fond en fin de semaine. Mais on est obligé de travailler dur pour avoir des sentiers de belle qualité. On prend de la neige dans le bois pour l’amener sur les pistes parfois. La couverture est mince de façon générale. On aimerait bien avoir de nouvelles précipitations, car février et la relâche sont des moments forts de la saison», explique Mme Marchand.

Brigitte Marchand