Stéphanie Dufresne, conseillère régionale au développement des marchés publics de la Mauricie, et Valérie Therrien, directrice générale du Musée POP, ont dévoilé de plus amples détails sur la création du tout nouveau Marché public de Trois-Rivières.

Marché public de Trois-Rivières: une quinzaine de producteurs tous les jeudis de l'été

TROIS-RIVIÈRES — «En 2019, on est rendu là. Trois-Rivières se doit d’avoir un marché public.» Ces sages paroles d’Alexandre Guérin, de l’entreprise Prendre Racine, correspond à ce plusieurs pensent depuis bien des années. Et ce qui n’a été parfois qu’un souhait, qu’une promesse électorale ou qu’un vague projet depuis déjà quelques décennies va se transformer en réalité concrète dès le 27 juin. Le Plan de développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Mauricie (PDAAM) et le Musée POP ont confirmé, mardi matin, qu’un marché public va pousser sous les préaux du musée tous les jeudis de l’été.

Ainsi, tous les jeudis, du 27 juin au 3 octobre, de 15 h à 19 h, une quinzaine de producteurs de la Mauricie offriront les fruits de leur labeur en plein centre-ville. «Un marché public, c’est avant tout un lieu de rencontre entre ceux qui produisent les aliments et ceux qui les consomment, donc pour cette raison, on a donné la priorité aux producteurs de chez nous», explique Stéphanie Dufresne, conseillère régionale au développement des marchés publics de la Mauricie. Ce sont 17 producteurs à raison d’au moins une douzaine par semaine qui vont prendre part à cette première édition. Plusieurs produits seront offerts comme des légumes biologiques et des fruits, de la viande, du fromage, des œufs, des micropousses, du pain, des pâtisseries, des alcools de petits fruits, du prêt-à-manger, des champignons gastronomiques et autres produits forestiers comestibles. Des brasseurs de la Mauricie seront aussi présents à l’occasion avec un choix de bières locales pour un 5 à 7 au marché. «Comme on veut que les citoyens puissent réellement s’approvisionner au marché, c’est-à-dire faire leur épicerie, on mise sur une diversité dans l’offre alimentaire», note
Mme Dufresne.

Ce partenariat fait partie de la mission du Musée POP, souligne Valérie Therrien, directrice générale. «L’alimentation, le terroir et le contact avec les producteurs sont fortement liés à sa mission de mettre en scène la culture populaire du Québec par le quotidien des Québécois. De plus, ce projet s’inscrit dans la vision du Musée de s’impliquer pour le bien-être de sa communauté en créant un milieu de vie favorisant des occasions de rencontre et de partage culturel.» 

Le Musée veut d’ailleurs faire du marché un véritable happening. L’offre d’animation variera d’une semaine à l’autre. Il sera donc possible de combiner ses achats avec une visite de l’une des expositions. Une visite gustative est même prévue dans le cadre d’une des expositions. Un espace sera réservé aux enfants tout comme un lieu pour pique-niquer. Un piano public offert par Cultur3R et un accordéoniste viendront ajouter une ambiance toute musicale à ce lieu d’échange à quelques reprises au cours de l’été.

Le Marché public de Trois-Rivières est un projet-pilote. «Cette année, nous testons donc cette formule et nous serons très attentifs aux commentaires des visiteurs et des producteurs», précise
Mme Dufresne.  Déjà, depuis le dévoilement du projet en avril, moult commentaires ont été émis par la population. À la lumière de certaines suggestions, la plage horaire initiale a été prolongée d’une heure, et une solution a été trouvée pour le stationnement. En effet, il sera offert gratuitement pour les clients du marché, à l’édifice Capitanal, le jeudi, de 16 h 30 à 19 h 30.

Il va sans dire que ce projet était attendu depuis fort longtemps. «La ferme La Chouette Lapone vendait déjà des légumes au Musée POP l’été dernier, et il y avait un fort désir de la part de la population et des partenaires du projet d’enfin redonner à Trois-Rivières un marché public», raconte
Mme Dufresne. «Ça fait longtemps que les citoyens veulent un marché public à Trois-Rivières. Ça nous a été dit à différentes reprises», renchérit Marie-Line Sauvé, commissaire industrielle à Innovation et Développement économique Trois-Rivières.

Les producteurs accueillent très favorablement la naissance de cette nouvelle vitrine pour les produits agroalimentaires de la région. «Il n’y avait pas de marché public à Trois-Rivières, et je pense que c’est quelque chose que la population demandait. On est content de participer à la première édition de ce projet. Pour nous, c’est sûr que ça nous donne de la visibilité, et ça nous permet aussi d’échanger avec d’autres producteurs», souligne Jasmine Sauvé, de la Ferme horticole Gagnon. «Ça permet aux gens de connaître les producteurs, et entre producteurs, on peut tisser des liens. Parfois, on peut partager nos déboires de la journée, et ça fait du bien d’en parler», rigole
M. Guérin.

Pierre Germain de Multi-ferme fréquente les marchés de la région mais aussi certains de la région de Montréal. «Je vis avec les marchés publics», explique-t-il. Dans le milieu depuis près d’une vingtaine d’années, ce producteur de canard constate que l’engouement pour les produits locaux gagne en popularité depuis quelques années. «Ça a commencé un peu à la fin des années 90, et depuis 2010, ça augmente énormément. Il y a aussi plus de marchés publics.»

Mais il y a encore place à l’amélioration, note M. Guérin. «On parle beaucoup d’achat local, mais il y a encore de très, très grands pas à faire. Il y a une petite partie des gens qui consomment local, mais il faut que ça augmente, parce que c’est bon pour l’environnement et l’économie locale. Si tout le monde ajoutait 5 % de produits locaux dans son panier d’épicerie, pour nous, les producteurs, ça ferait une énorme différence.» 

Producteurs qui ont confirmé leur présence au Marché public de Trois-Rivières

La Chouette Lapone - maraîcher biologique

Multi-ferme - producteur de canard

Ferme du Garde-manger légumes - maraîcher biologique

Ferme horticole Gagnon - maraîcher (petits fruits)

Ferme horticole Louis Gaudreault - maraîcher (tomates cerises et concombres)

Prendre Racine - produits forestiers comestibles et utiles

Fromagerie Baluchon - fromager

Les Gâteries d’Oli - boulangerie et pâtisserie

Les Boissons du Roy - boissons de petits fruits

Les Couleurs de la Terre - producteur-transformateur de pommes de terre

Orenda micro-culture - producteur de micropousses

Insectivores - produits alimentaires à base d’insectes

Ferme les Herbes Folles - viande de cerf

Les bou d’ail - produits à base de fleur d’ail

L’empreinte jardin-forêt - champignons

Le Temps d’une Pinte - microbrasserie

La Forge du Malt - microbrasserie

Les Jardins Dugré - maraîcher