L’incendie dans le secteur de Chute-des-Passes contenu à 75%

L’incendie qui fait rage dans le secteur de Chute-des-Passes, au nord du Lac-Saint-Jean, pourrait bien être totalement contrôlé d’ici la fin de la semaine. Les conditions météorologiques attendues au cours des prochains jours, conjuguées au travail des 300 personnes qui oeuvrent à ce vaste complexe de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU), devraient permettre de stopper la progression du brasier qui est, en ce moment, contenu à 75 %.

« Au cours des prochains jours, on va continuer d’avancer afin d’arriver à un feu qui est maîtrisé à 100 %. Ça voudra dire que sa progression est complètement arrêtée. La météo nous aide beaucoup alors que 10 millimètres de pluie sont attendus d’ici mardi et un peu plus d’ici vendredi », explique l’agente à la prévention et aux communications à la SOPFEU, Josée Poitras.

Les conditions météorologiques de lundi ont d’ailleurs facilité le travail des différentes équipes qui combattent l’incendie d’origine récréative depuis le 16 juin. Le maximum attendu était de 24 degrés Celcius, l’humidité relative se chiffrait à 35 % alors que les vents étaient faibles, ce qui n’avait rien à voir avec les conditions rencontrées depuis la mi-juin.

La porte-parole de la SOPFEU explique que les opérations visant à trouver et à éteindre des points chauds au coeur de l’incendie, qui s’étend sur un peu moins de 60 000 hectares, se poursuivent.

La situation s’améliore enfin, 20 jours après les premières flammes, alors que la démobilisation des équipes est même envisagée par la SOPFEU. Des groupes de pompiers forestiers de l’Alberta et de l’Ontario pourraient quitter le complexe du Lac-Saint-Jean au cours des prochains jours.

Par ailleurs, d’autres régions du Québec sont suivies de près par les divers intervenants de la SOPFEU. Une équipe a d’ailleurs été déployée, au cours des derniers jours, à la base secondaire de Chibougamau.

Les membres de cette équipe sont prêts à intervenir rapidement dans ce secteur où le danger d’incendie est considéré comme extrême.

La SOPFEU indique que les ressources comprennent des « pompiers forestiers du Québec, 20 pompiers de l’Ontario qui reviennent de leur intervention sur le feu de Rivière-Ouelle et des combattants auxiliaires ».