À compter de dimanche, le premier ministre Justin Trudeau et ses 36 ministres seront réunis pendant trois jours à Winnipeg pour discuter des priorités du gouvernement.

Les ministres fédéraux se rencontrent pendant trois jours à Winnipeg

OTTAWA — Le gouvernement fédéral renoue avec ses rencontres périodiques à l'extérieur de la capitale nationale.

À compter de dimanche, le premier ministre Justin Trudeau et ses 36 ministres seront réunis pendant trois jours à Winnipeg pour discuter des priorités du gouvernement et, surtout, de stratégie parlementaire puisque les libéraux ne sont pas majoritaires à la Chambre des communes.

Cette retraite ministérielle sera suivie d'une autre rencontre de trois jours à laquelle seront conviés l'ensemble des députés libéraux à Ottawa en vue de préparer la reprise parlementaire du 27 janvier. Il s'agira de la première séance de travail prolongée du caucus depuis les élections d'octobre.

Parmi les sujets qui seront à l'ordre du jour figurent «les défis d'un monde incertain», selon l'expression du gouvernement. Ce thème tombe à point à la suite de l'écrasement d'un avion, abattu par erreur par l'Iran, qui a coûté la vie à 176 personnes, dont 57 citoyens canadiens et 29 résidents permanents.

Le choix de Winnipeg est une marque de reconnaissance de la division entre l'est et l'ouest du pays. Les libéraux ont totalement été éliminés par les électeurs albertains et saskatchewanais irrités par les politiques environnementales du gouvernement qui, selon eux, ont grandement nui au secteur des ressources naturelles.

Le Manitoba, où les libéraux ont perdu trois des six sièges qu'ils détenaient, est un territoire un peu plus convivial. Le premier ministre de la province, Brian Pallister, a déjà indiqué sa volonté d'essayer de combler le fossé entre le gouvernement fédéral et ses collègues conservateurs des Prairies.

Justin Trudeau doit rencontrer séparément M. Pallister ainsi que le maire de Winnipeg, Brian Bowman.

«En octobre, les Canadiens ont fait savoir qu'ils voulaient un gouvernement qui trouve des terrains d'entente et fait en sorte que les gens à travers le pays profitent d'une économie moderne, solide, et en pleine croissance. C'est exactement ce que notre gouvernement fera», a déclaré M. Trudeau, dans un communiqué de presse diffusé plus tôt cette semaine.

Au cours de son premier mandat, le gouvernement Trudeau avait tenu huit rencontres de travail prolongées à l'extérieur d'Ottawa, dont deux en Alberta.

Avant même le début de la rencontre, la leader de l'opposition à la Chambre des communes, Candice Bergen, qui représente une circonscription du Manitoba, l'a jugé futile, accusant le gouvernement de ne pas vouloir modifier ses «politiques ratées» comme la taxe sur les émissions de carbone rejetée par les électeurs des Prairies.

«Si c'est un effort sincère, les libéraux de Trudeau devraient rencontrer directement les Manitobains afin de comprendre comment leurs politiques rendent la vie plus difficile», a-t-elle lancé vendredi dans un communiqué de presse.

La rencontre portera aussi sur des questions plus prosaïques comme l'état de l'économie, la préparation du prochain budget, les promesses électorales à réaliser, la lutte contre les changements climatiques, le renforcement du contrôle des armes et la réconciliation avec les peuples autochtones.

Une séance sera réservée pour discuter des stratégies à adopter dans le cadre d'un parlement minoritaire.

Différentes personnalités ont été invitées pour renseigner les ministres comme les économistes Armine Yalnizyan, Kevin Milligan et Andrew Leach ainsi que la climatologue Katherine Hayhoe ou le statisticien en chef du Canada, Anil Arora.

Le président de Trans Mountain, Bill Downe, et Linda Coady, qui dirige un comité conseillant le gouvernement sur les consultations à mener avec les communautés autochtones réclamant une part du gâteau, viendront présenter une mise à jour du projet d'oléoduc.