Les jeunes trop souvent assis, disent 93 % des parents

Un récent sondage révèle que 93 pour cent des parents d’enfants de 6 à 12 ans de l’Estrie estiment que les enfants sont trop assis dans leurs activités quotidiennes.

Considérant que les élèves passent entre 50 pour cent  et 70 pour cent de leur temps à l’école en position assise, les institutions scolaires représentent un milieu privilégié pour implanter des initiatives porteuses qui auront un impact significatif sur la santé des jeunes, fait valoir l’organisme Québec en Forme, qui a lancé l’initiative 100°.

Lire aussi: La dépendance aux jeux vidéo bien réelle, dit l’OMS

Alors que la cour d’école constitue le lieu de prédilection pour dépenser de l’énergie à l’extérieur, il est surprenant de constater selon l’affirmation des parents qu’une école sur cinq n’a pas encore d’espaces naturels, végétalisés, gazonnés ou enneigés, de zones aménagées pour les jeux sportifs ou encore de petit matériel, note-t-on dans un communiqué de presse.

« En Estrie, nous avons plusieurs initiatives intéressantes qui amènent les jeunes à bouger davantage soit par l’aménagement de parc-école stimulant, par l’accès libre à du matériel récréatif et sportif (coffre à jouets) ou encore par l’offre d’un programme dynamique qui favorise l’activité physique et sportive (Santé globale) », mentionne Geneviève Mathieu, ambassadrice 100° en Estrie.

« Toutefois les données du sondage démontrent bien qu’il serait possible d’en faire plus, en milieu scolaire. Cette initiative de 100 vient directement supporter les actions visant le jeu libre et actif à l’extérieur chez les élèves. »

Les résultats présentés ont été obtenus à l’aide d’un sondage web réalisé par Léger pour 100° du 25 janvier au 12 février 2018 auprès d’un échantillon de 1706 parents d’enfants en âge de fréquenter l’école primaire au Québec. Les données de l’Estrie et de la Montérégie ont été regroupées, pour un nombre total de 418 répondants.

Le rôle du programme 100° en Estrie consiste à promouvoir l’engagement et à soutenir ceux qui veulent créer de nouveaux projets.

Les effets de l’activité physique sur la santé, mais également sur la réussite scolaire ont maintes fois été démontrés, ajoute-t-on. À l’unanimité, les parents de l’Estrie et de la Montérégie s’entendent pour dire qu’un enfant actif dort mieux (98 %), a une meilleure attention en classe (97 %) et est moins turbulent (97 %).

Québec en Forme, par son initiative 100°, souhaite d’ailleurs encourager l’émergence de projets porteurs en milieu scolaire par le biais d’un appel de projets sous la thématique « Ma cour, mes amis, mon école! ».

« Partout au Québec, une communauté de citoyens engagés développe des projets innovants pour améliorer la santé globale des citoyens», ajoute Frédéric Therrien, directeur de l’initiative 100° chez Québec en Forme.

« Par le biais de cet appel de projets, nous souhaitons avoir un impact concret dans le milieu scolaire et donner un coup de pouce aux directeurs, enseignants, intervenants, parents ou citoyens à passer à l’action dans leur collectivité. »

Dans le cadre de cet appel de projets, plus de 500 000 $ seront remis à des projets un peu partout au Québec. Les projets retenus se mériteront un soutien financier pouvant aller jusqu’à la hauteur de 5000 $.

Pour toute information sur l’appel de projets : https://centdegres.ca/financement.