Les trois candidats à la prêtrise qui fréquentent le Grand séminaire disposent de beaucoup d’air dans les locaux du Vieux-Québec conçus pour accueillir «au-delà de 100 séminaristes.

Les futurs prêtres quittent le Vieux-Québec pour Vanier

Fondé dans le Vieux-Québec en 1663, le Grand séminaire de Québec déménagera dans le secteur Vanier cet été.

Les futurs prêtres et leurs formateurs seront bientôt logés dans les locaux des Sœurs du Bon-Pasteur situés au 233 de l’avenue Giguère, à l’intersection de la rue Chabot, a confirmé le diocèse de Québec mercredi. Cette communauté de religieuses a annoncé son départ de la Résidence Notre-Dame-de-Recouvrance pour juin, laissant la place aux séminaristes qui s’installeront à demeure en août.

La faute au déclin des vocations ? «Aujourd’hui, on en a moins qu’on en avait», convient l’archevêque de Québec, Gérald Cyprien Lacroix. Mais il préfère voir des avantages dans la migration du Grand séminaire: «C’est un signe que l’Église s’adapte pour mieux former ses futurs prêtres. On ne peut plus former des prêtres comme autrefois.»

«Vivre ensemble»

Vrai cependant que les trois candidats à la prêtrise qui fréquent l’établissement disposent de beaucoup, beaucoup d’air dans les locaux du Vieux-Québec conçus pour accueillir «au-delà de 100 séminaristes», note M. Lacroix. Un environnement peu adapté à leur vie future dans des presbytères où sont regroupés plusieurs prêtres en communauté. Dans plus petit, ils devront développer leurs aptitudes au «vivre ensemble».

Il y aura néanmoins place à la croissance avec la quinzaine de chambres, poursuit le recteur du Grand séminaire de Québec, Luc Paquet. «Nous sommes dans un élan.»

Pardon ? Responsable de l’éducation des prêtres en devenir pour de nombreux diocèses — depuis Chicoutimi jusqu’à Gaspé — l’institution de la capitale espère accueillir plusieurs novices en septembre, de 4 à 6 de plus. Ceux-ci séjourneront sur place durant 5 ans pour les études puis vivront un stage rémunéré de 2 années en paroisse avant l’ordination.

Au fait, le Grand séminaire n’a pas toujours habité dans le Vieux-Québec, fait remarquer M. Paquet. En 1959, à l’étroit, il s’est installé dans ce qui deviendra le pavillon Louis-Jacques-Casault de la cité universitaire. En 1978, il fallait plus petit: l’école des prêtres est déménagée sur le chemin Saint-Louis. Elle est ensuite revenue dans le Vieux-Québec en 1997, en quête de locaux encore réduits. Après un autre cycle d’une vingtaine d’années, le Grand séminaire repart, vers Vanier cette fois.

Et les Sœurs du Bon-Pasteur, elles iront où maintenant ? La communauté vieillit et n’est plus assez volumineuse pour conserver tous ses bâtiments. Nous nous souviendrons qu’elle avait d’ailleurs vendu la Maison Béthanie du Vieux-Québec qui sera convertie en logements.

Les sœurs poursuivront néanmoins leur intervention auprès des femmes dans le besoin à la Maison Zoé-Blais voisine de la Résidence Notre-Dame-de-Recouvrance.

Le Séminaire de Québec a été fondé par le premier évêque de Québec, François de Laval, le 26 mars 1663, rappelle le site Web du diocèse. Son 350e anniversaire a donc été souligné en 2013. Le Séminaire a donné vie à plusieurs institutions: Grand Séminaire en 1663, le Petit Séminaire en 1668, l’Université Laval en 1852.