Les erreurs de facturation restent la principale plainte en télécommunications

OTTAWA —Un rapport semestriel sur les plaintes au sujet des services de téléphonie, d’internet et de télévision au Canada montre que les deux plus gros maux de tête des consommateurs restent les erreurs de facturation et les clauses contractuelles trompeuses ou non divulguées.

Les facturations incorrectes représentaient 16,5 pour cent de toutes les questions soulevées dans les 9831 plaintes sur une période de six mois et constituaient le principal problème pour presque tous les types de services, y compris les services internet, de télévision et de téléphonie.

Le principal irritant pour les services sans fil était les conditions contractuelles trompeuses et non divulguées, ce qui constituait le deuxième point sensible pour les autres catégories de services.

Les services sans fil représentaient 37,1 pour cent de tous les problèmes traités par la Commission des plaintes relatives aux services de télécom-télévision (CPRST) au cours du semestre terminé le 31 janvier, tandis que 27,8 pour cent des problèmes étaient liés aux services internet et 18,2 pour cent concernaient la télévision.

Le décompte est publié par la CPRST, un organisme financé par l’industrie et dont le mandat est obtenu du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

La CPRST indique qu’environ 60 pour cent des plaintes couvertes par le rapport concernaient environ cinq fournisseurs de services - Bell, Rogers, Cogeco, Telus et Freedom Mobile, le service sans fil de Shaw Communications.