Claudia Poulin et Dominic Dubé ont accepté l'offre des dragons Martin-Luc Archambault et Caroline Néron.

Les dragons adoptent Evive Smoothie et Mystea

Deux des entreprises estriennes qui se sont présentées mercredi soir à l’émission Dans l’œil du dragon à Ici Radio-Canada ont conclu des ententes avec des investisseurs.

Les dragons ont joué du coude comme jamais devant propriétaires de l’entreprise sherbrookoise Evive Smoothie, Claudia Poulin et Dominic Dubé. Les ventes et les projections de l’entreprise de petits cubes surgelés de fruits, de légumes et de superaliments à mélanger ont séduit les hommes et femmes d’affaires.

LIre aussi: Trois entreprises estriennes devant les Dragons

Les produits sont vendus dans 700 épiceries et dans un format d’abonnements via le web. Le chiffre d’affaires en 2018 sera de 1,5 M$. On veut augmenter les points de vente et la présence sur internet pour faire grimper les ventes.

Le couple Poulin-Dubé demandait 100 000 $ pour 25 pour cent de leur entreprise. Martin-Luc Archambault s’est allié à Caroline Néron. En réponse, Dominique Brown s’est joint à Christiane Germain pour faire aussi une offre.

Finalement, la proposition du duo Archambault-Néron, soit 100 000 $ pour 15 pour cent de l’actionnariat, a été acceptée.    

 « Nous sommes venus ici pour faire un deal », a lancé M. Dubé, en acceptant l’offre.

Mystea

Sont venus ensuite Marc Ricard et sa fille Anne, de l’entreprise Mystea, de Sherbrooke.

Il s’agit d’une entreprise qui se spécialise dans la vente du thé et des tisanes 100 % naturels.

Le père et sa fille demandaient 50 000 $ pour 15 pour cent des actions de leur compagnie.

L’argent réclamé doit servir à augmenter les ventes électroniques. Après une discussion sur le déploiement possible de franchises M. Archambault a fait une offre, soit 50 000 $ pour 33 pour cent des parts et avec 5 pour cent de royautés.

La Dragonne invitée, Eve-Lyne Biron, s’est jointe à lui. L’offre, 65 000 $ pour deux fois 20 pour cent et 5 pour cent de royautés, a été acceptée.

L’homme d’affaires magogois Michel Boivin a impressionné les dragons avec son système baptisé Hold-Up qui vient « faciliter la vie des gens » voulant transporter des objets dans le coffre arrière de leur voiture. Ce système de support permet de transporter des choses dans le coffre de voiture sans utiliser d’élastiques ou de cordes.

Il demandait 40 000 $ pour 25 pour cent de sa compagnie.

« Vous êtes en compétition avec les élastiques », lancé Martin-Luc Archambault.

« Oui, mais les élastiques brisent les autos », a répondu M.  Boivin.

Son dispositif peut aussi se transformer en balai à neige, ce qui a impressionné les investisseurs. Le Hold-Up est destiné aux magasins grandes surface, ont-ils fait valoir. Toutefois, les maigres ventes faites jusqu’à maintenant les ont refroidis.

« Je passe », ont dit les dragons.

Michel Boivin, une fois sorti du studio de télévision, s’est promis de continuer à développer ses ventes.

En sept saisons, on avait rarement vu autant de gens d’affaires estriens au sein de la même émission Dans l’œil du dragon.

Rappelons que le 18 avril dernier, l’homme d’affaires sherbrookois Philippe Vachon a séduit deux dragons, Caroline Néron et Martin-Luc Archambault, qui lui ont offert 100 000 $ pour 25 pour cent de sa compagnie de sous-vêtements pour homme Mesbobettes.ca.

Il était premier entrepreneur estrien en deux ans à se présenter devant les dragons investisseurs de la société d’État.