La Sûreté du Québec aurait retrouvé les corps inanimés de deux fillettes dans un boisé de Saint-Apollinaire.
La Sûreté du Québec aurait retrouvé les corps inanimés de deux fillettes dans un boisé de Saint-Apollinaire.

Les deux fillettes de Lévis retrouvées mortes, Martin Carpentier toujours en cavale

SAINT-APOLLINAIRE — Les corps inanimés de Norah et Romy ont été retrouvés dans les bois, quelque part entre les rangs Bois-Joly et Bois de l’Ail à Saint-Apollinaire, sur la Rive-Sud de Québec. Le père, Martin Carpentier, n’est toujours pas localisé. Il s’agit du pire scénario envisagé.

En début de journée samedi, la Sûreté du Québec avait pourtant bon espoir de retrouver les fillettes vivantes. Norah comptait 11 bougies, Romy n’avait que 6 ans. Elles étaient disparues depuis mercredi soir, après une nébuleuse embardée sur l’autoroute 20 en compagnie de leur père, Martin Carpentier.

Les décès ont été officiellement confirmés par la Sûreté du Québec vers 17h samedi.

L’alerte AMBER avait été lancée jeudi, depuis, tous les yeux étaient rivés sur les allées et venues du trio. 

En fin de soirée samedi, la Sûreté du Québec n'avait toujours pas mis la main sur Martin Carpentier. Les policiers poursuivront les recherches toute la nuit, des patrouilleurs sillonneront notamment les rues et les sentiers. 

«Il y a des gens qui travaillent sur le dossier 24h sur 24h», insiste la sergente Ann Mathieu.

Trois jours de recherches pour les fillettes

Pendant les recherches de vendredi, les agents avaient retrouvé plusieurs objets laissant croire au passage de la famille dans le secteur. Ils suivaient leurs traces en sachant que le père et les deux enfants étaient en mouvement. Des cris avaient aussi été entendus dans la nuit près de la rue Veilleux.

Vendredi, les différentes équipes de recherches (à pied, en véhicule tout-terrain, avec les chiens ou dans les airs avec l’hélicoptère) avaient ratissé plus de 150 km. Il s’agissait d’une véritable course contre la montre afin de retrouver les fillettes saines et sauves. Plus le temps avance, plus les personnes manquantes peuvent agrandir l’écart entre eux et ceux qui tentent de les retrouver.

Samedi, des bénévoles de partout en région sont venus prêter main-forte aux agents de la SQ. Des gens proches de la famille, comme des inconnus touchés par la tragédie.

Les équipes sur place avaient ratissé la veille plus de 150 km en forêt, de route et d’accès à des chalets, notamment avec des bénévoles du groupe Recherche et sauvetage Québec-métro (RSQM).

«Ils nous ont demandé de longer les rangs, les sentiers, les chemins de VTT», raconte André Secours. 

Les bénévoles accompagnaient aussi les pompiers pour faire une tournée des chalets dans le secteur, pour s’assurer que personne ne s’y cachait.

Puis vers midi, les agents ont demandé à tout le monde de s’éloigner des bois.

«Ils avaient trouvé quelque chose. On les entendait parler... C’était pas loin, on espérait tellement qu’elles soient cachées dans un chalet. Finalement, je suis content de ne pas être tombé sur elles, c’est un souvenir dur à garder.»

André Secours avait de la difficulté à contenir ses larmes. Il était venu de Lévis pour aider parce qu’il avait du mal à imaginer l’enfer que ces petites filles devaient vivre. Plusieurs autres bénévoles ont aussi eu du mal à encaisser la nouvelle.

«On avait espoir de les retrouver en vie, je pense que tout le monde s’accrochait à ça», raconte Nathalie Massicotte. Elle travaillait sur le rang Bois-Joly lorsque les agents de la SQ ont commencé à bloquer de nombreuses rues. Elle savait qu’ils avaient trouvé quelque chose, elle priait toutefois pour de bonnes nouvelles.

«Ça va rester dans nos esprits. On voulait croire que le père allait protéger ses enfants», ajoute-t-elle.

De nombreux curieux se sont vite rassemblés près des voies bloquées, sachant que quelque chose se passait. On voyait plusieurs voitures de police rouler dans tous les sens.

De nombreux curieux se sont vite rassemblés près des voies bloquées, sachant que quelque chose se passait. On voyait plusieurs voitures de police rouler dans tous les sens.

Puis la nouvelle est tombée, deux corps de fillettes avaient été retrouvés, il devenait évident qu’il s’agissait de Norah et Romy, même si la SQ ne confirmait pas le décès. Difficile de rester insensibles, tous sont touchés par le dénouement tragique de cette histoire.

«L’important actuellement, dans la mobilisation de la population, c’est d’être vigilants parce que nous recherchons activement Martin Carpentier qui pourrait être dans le secteur de Saint-Agapit, Saint-Apollinaire. Toute personne qui apercevrait cet individu est priée de contacter le 9-1-1 immédiatement», a précisé la sergente Ann Mathieu.

Chasse à l’homme

L’alerte AMBER a été abandonnée et la chasse à l’homme pour retrouver Martin Carpentier, toujours pas localisé, était lancée. Les équipes de policiers sont activement à ses trousses. La route de l’Ormière, le rang Saint-Lazare, la route des Ruisseaux, le rang Bois Joly… Tous bloqués pour laisser les agents travailler.

Plusieurs signalements ont été faits à la police, des citoyens disent l’avoir aperçu dans les bois à la course. Vers 17h, la Sûreté du Québec pensait avoir encerclé le suspect dans un périmètre.

«On considère que tous les signalements qui nous sont faits sont fondés jusqu’à preuve du contraire. On prend tous les appels très au sérieux», note la porte-parole de la Sûreté du Québec, Ann Mathieu.

Puis, vers 19h, «le fugitif aurait été momentanément repéré par les policiers», selon des informations détenues par La Presse. Ils auraient ensuite perdu sa trace de nouveau.

On indique aux citoyens de Saint-Apollinaire et des environs de garder l’œil ouvert, ils ne doivent cependant pas intervenir auprès de Martin Carpentier s’il est aperçu. On ne connait pas l’état d’esprit du suspect de 44 ans.

Il y a beaucoup d’activités policières et beaucoup d’action dans cette municipalité habituellement très calme. Des équipes équestres, les escouades canines, deux hélicoptères, les VTT et de nombreux patrouilleurs ont été déployés dans le secteur. Il s’agit d’une intervention qui atteint une rare envergure.

«On est vraiment dans un déploiement policier important. On note le support de nos partenaires, la police de Lévis, la police de Québec, celle de Thetford Mines et les Forces armées. On travaille tous dans le même but», indique la sergente Ann Mathieu.

Porte à porte 

Les agents ont aussi mené une opération de porte à porte chez les résidents du rang Bois Joly, Saint Lazare et l’Ormière avec une photo de Martin Carpentier, principalement samedi soir. Ils veulent bien informer les citoyens qui sont moins à l’aise avec Internet ou qui ne regardent pas la télé.

Les agents de la SQ seront bien identifiés.

Rappelons que la mère des enfants et Martin Carpentier sont séparés depuis plusieurs années.

La conjointe actuelle de Martin Carpentier, Cathya Gingras, avait lancé un cri du cœur sur les réseaux sociaux vendredi, elle le priait de donner des nouvelles. Sa vidéo est restée sans réponse.

Un hélicoptère Griffon des Forces armées canadiennes cherchant le suspect Martin Carpentier

Une «tragédie nationale»

En soirée, les messages de sympathies fusaient de toutes parts. Peu de temps après l’annonce de la découverte des corps, le premier ministre Francois Legault ainsi que la vice-première ministre Geneviève Guilbault ont offert leurs pensées à la famille des fillettes, notamment à leur mère.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a lui aussi transmis ses sympathies à la famille via les réseaux sociaux. «Les évènements impliquant les jeunes Norah et Romy Carpentier sont d'une atrocité sans nom. Il n'y pas de mot pour panser les blessures qui habite la maman de ces deux magnifiques petites filles de Lévis et les familles durement touchées par cette tragédie nationale», écrit-il.

Il a également salué le travail des policiers du Service de police de Lévis et de la Sûreté du Québec. 

Une vigie en l'honneur des victimes

Le parc des Chutes-de-la-Chaudière a été l'hôte d'une vigie en l'honneur de Norah et Romy Carpentier en soirée, samedi. 

Des chandelles illuminaient des photos des jeunes soeurs et des messages de sympathies ont été apposés près d'elles. 

Romy et Norah Carpentier