Les Hounds de Notre Dame ont profité de toutes leurs chances et pour la deuxième fois dans le tournoi de la Coupe Telus, ils ont battu les Cantonniers de Magog. Cette victoire leur procure la victoire au Championnat canadien du hockey midget AAA.

Les Cantos rentrent avec l’argent au cou

SUDBURY - Les Cantonniers ont tout tenté, mais ont été battus en finale de la Coupe Telus, dimanche soir. Ils se sont frottés à une équipe des plus opportuniste, les Hounds de Notre Dame, qui étaient les favoris pour le tournoi. Les Cantos ont été défaits 5 à 1.

L’entraîneur-chef des Cantonniers, Félix Potvin, est très fier de la troupe qu’il a dirigée cette année. « On a eu toute une saison. Les gars qui sont dans notre vestiaire ont tout donné », a-t-il affirmé au terme de la défaite.

Lire aussi: 

Du changement en vue chez les Cantonniers

Les partisans rassemblés au Théâtre de Magog

Les Cantonniers en finale de la coupe Telus

Du bon travail récompensé

Les Magogois quittent donc Sudbury avec une médaille d’argent et une première participation au championnat midget canadien depuis l’an 2000.

Le match en bref

Ce sont les Hounds qui ont ouvert la marque les premiers. Zach Plucinski a surpris Rémi Poirier d’un tir vif, donnant l’avance aux Rouges. Malgré une nette domination des Cantonniers, ce sont les joueurs de Notre Dame qui sont rentrés au vestiaire avec l’avance.

Les Cantonniers ont bien failli niveler la marque quelques minutes plus tard lorsque Jérémy Rainville a touché le poteau à la droite d’Aaron Randazzo.

Les Hounds ont doublé leur avance, tôt en deuxième période. Dès la mise au jeu remportée de manière très franche par Nolan Renwick, Luke Mylymok a décoché un puissant lancer, ne laissant aucune chance au gardien Poirier, et donnant l’avance 2-0 à son équipe.

Et Notre Dame n’avait pas terminé. Profitant d’un avantage numérique de quatre minutes, décerné à Gabriel Fontaine pour contact à la tête, les Hounds ont frappé très fort. Ethan Ernst a profité d’un retour laissé devant le filet pour porter le pointage à 3-0.

Un peu plus de deux minutes plus tard, c’est Luke Mylymok qui a fait mouche pour la deuxième fois du match, donnant un réel coup de masse aux Cantonniers, qui sont retournés au vestiaire avec un déficit de quatre buts.

« Ça a été difficile après le but qu’on a donné sur la mise au jeu, a commenté Potvin. Ça nous a fait mal. Après, ils ont marqué deux buts. Peu importe le résultat, les gars ont tout donné. Je suis très fier d’eux. »

Les Cantonniers devaient répliquer vite en troisième période et c’est ce qu’ils ont fait. Environ trois minutes après le début de l’engagement, Simon Pinard a accepté la savante passe de Jérémy Rainville pour réduire l’écart 4 à 1.

Le capitaine des Magogois, Jérémy Rainville, se réjouit de ce que les Cantonniers ont fait cette saison. « On ne peut pas avoir de regrets après tout ce qu’on a accompli. On n’a pas abandonné. En troisième période, on était encore là. Les deux buts rapides nous ont frappés, mais ce n’est pas l’histoire du match. On a manqué beaucoup de chance, on méritait peut-être plus la partie que ça », a-t-il résumé.

Les Magogois ont bourdonné durant une bonne partie de la troisième période. Les Cantos semblaient vouloir provoquer quelque chose. La troupe de Félix Potvin a même profité d’un avantage numérique avec moins de six minutes à faire au match, mais s’est buté à un Aaron Randazzo en parfait contrôle.

« Je suis fier de la manière dont on a joué en troisième période, a assuré Félix Potvin. En tirant de l’arrière 4 à 0, ça aurait été facile de lâcher, mais on n’a pas arrêté de pousser. On a passé la troisième période dans leur zone. »

Félix Potvin a tout de même tenté le tout pour le tout avec plus de quatre minutes à faire, en retirant son gardien de but. Luke Mylymok en a donc profité pour inscrire un but dans un filet désert.

Rémi Poirier déjoué par un kyste au rein

Contre toute attente, c’est Rémi Poirier qui a hérité du départ pour les Cantonniers de Magog. Le premier cerbère des Cantos a manqué cinq matchs, lui qui a un kyste sur le rein.

« Ça ne pouvait pas s’aggraver, a assuré celui qui a été repêché par les Olympiques de Gatineau. Je vais voir au Québec si j’ai besoin d’une opération ou de traitements. Cette nuit, c’était beaucoup mieux, car j’ai réussi à dormir. Les nuits d’avant, j’ai environ dormi deux heures par soir. Ça m’a permis de jouer aujourd’hui. »

Forcé à l’inactivité après le premier match de son équipe, lundi, en raison d’un kyste sur un rein, le gardien Rémi Poirier a retrouvé son filet pour la finale de la Coupe Telus.

Par contre, les premières minutes de la partie n’ont pas été faciles pour le portier. Le vétéran gardien a accordé un but sur le premier lancer de la joute. « Au début, c’était plus difficile. C’est une bonne équipe, les Hounds. Je ne voulais pas voler le match, je voulais jouer comme j’en suis capable. Ce n’était pas ma meilleure, mais je suis content de la saison des gars. Je suis fier d’eux. On n’a pas lâché », a commenté Poirier, qui a cédé quatre fois sur 22 tirs.

Rémi Poirier était visiblement fier des performances de son coéquipier, Olivier Adam, qui a fait un travail colossal, disputant cinq parties en cinq jours. « Oli a fait un super travail. Ce n’était pas facile pour lui, il n’avait pas joué depuis deux mois et demi. Il a vraiment bien fait ça », a résumé le gardien de 16 ans.