L’attaquant Derek Patter étreint Scott Thomas, le père d’Evan Thomas, l’une des victimes de l’accident d’autocar qui a fauché 16 membres des Broncos de Humboldt en avril.

Les Broncos de Humboldt font un retour sur la glace émotif

HUMBOLDT, Sask. - Les noms et les numéros des joueurs des victimes de la tragédie impliquant 16 membres de l’équipe de hockey des Broncos de Humboldt resteront à tout jamais gravés dans les hauteurs du Elgar Petersen Arena.

Alors que l’équipe et les résidents de la petite ville de la Saskatchewan tentaient de panser leurs blessures encore vives, les membres des familles des joueurs et les partisans ont acclamé, malgré les larmes, les 29 bannières commémoratives jaunes et vertes, tandis qu’elles se déployaient au plafond.

«Nous savons que, alors que la noirceur se fait moins grande, elle ne nous quittera vraiment jamais. Elle supporte aussi l’amour que nous avons pour ceux qui ne sont plus avec nous et ceux qui ont été touchés par la tragédie», a déclaré l’ancien président des Broncos, qui était le visage de l’équipe lorsque l’autobus qui transportait les joueurs est entré en collision avec une semi-remorque en avril.

«Nous allons toujours chérir ces souvenirs et nous allons honorer leur héritage, et même si c’est difficile, nous allons continuer à aller de l’avant avec eux et pour eux.»

Devant leurs partisans, les Broncos se sont toutefois inclinés 2-1 devant les Hawks de Nipawin, champions en titre de la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan.

Mais le pointage importait peu dans les circonstances.

Lors d’une soirée chargée en émotion, Michael Clarke a ouvert la marque à 2:08 de la deuxième période, lors d’un avantage numérique.

Cinq mois après avoir survécu au terrible accident d’autobus qui a coûté la vie à 16 personnes, Brayden Camrud a mis la table pour permettre locaux d’inscrire leur tout premier but de la saison.

Cole Beamin et Jeremy Bisson sont toutefois revenus à la charge en moins de deux minutes en période médiane, afin de l’emporter.

Même si la soirée était teintée de tristesse, elle était aussi empreinte de festivités.

Elle a débuté lorsque les huit survivants de la tragédie ont participé à la mise en jeu protocolaire lors de la cérémonie précédant la rencontre.

Pour Kaleb Dahlgren, qui joue maintenant dans une équipe universitaire de l’Ontario, c’était important pour lui d’être présent.

«Je crois que c’est une étape de la guérison, a-t-il déclaré. Ce soir nous aide à panser les blessures, mais ça ne va pas tout guérir. Il y a encore beaucoup à faire.»

Quelques blessures étaient toujours apparentes.

Xavier Labelle, qui avait d’abord été considéré comme étant l’un des joueurs décédés, arbore une longue cicatrice qui part de son front et qui descend jusqu’à ses yeux.

Le gardien de but Jacob Wassermann s’est rendu en chaise roulante sur la glace.

Et alors que les survivants assistaient à la cérémonie d’avant-match, deux d’entre eux étaient en uniforme.

Camrud et Derek Patter sont les deux seuls joueurs qui sont de retour dans l’alignement cette saison.

Camrud s’est remis d’une commotion cérébrale sévère. Il a perdu les sensations dans l’un de ses bras et compose avec des problèmes de cou.

Plusieurs membres des familles étaient présentes dans le cadre de cette soirée spéciale.

Le père de Dahlgren a été frappé par les photos des personnes décédées dans la tragédie qui ont été ajoutées à l’entrée principale de l’aréna.

«J’ai vu toutes les photos des gens qui ont laissé leur vie dans cet autobus et je l’ai regardé (Dahlgren) et je lui ai dit: ‘Je suis heureux que ta photo ne soit pas là’, a-t-il raconté. Nous sommes les chanceux dans cette histoire et nous n’allons pas le tenir pour acquis. Nous sommes reconnaissants tous les jours de pouvoir avoir notre fils avec nous.»

Pour Dahlgren, c’était différent de se rendre à l’aréna et de ne pas jouer.

«Je sens que je suis en train de tourner la page, que j’amorce un nouveau chapitre. Je suis à l’université maintenant et c’est mon équipe, a-t-il expliqué. C’est un nouveau chapitre pour moi et c’est un nouveau chapitre pour cette équipe.»

C’était cependant plus difficile pour l’un des joueurs qui a subi de graves blessures qui auront des conséquences pour le restant de sa vie lors de l’accident.

L’ancien joueur Ryan Straschnitzki, paralysé au bas du corps suite à l’accident, a pour sa part choisi de ne pas assister au match en personne. Il n’était même pas certain de le regarder à la télévision, bien que ça lui trottait dans l’esprit.

Ce n’est plus mon équipe, a dit Straschnitzki. Je leur souhaite bonne chance, mais ce n’est pas mon club. Ce sera dur de regarder le match en sachant que je devrais être là.»

Tom Straschnitzki a indiqué qu’il comprenait l’hésitation de son fils.

«Il devrait jouer aujourd’hui, avec les autres joueurs, a-t-il mentionné. C’est une journée difficile.»

Le maire de Humboldt, Robert Muench, ce match marquait un point tournant pour sa petite ville.

«Je crois que les gens avaient vraiment hâte au début de la saison, de voir la nouvelle équipe et les résultats du travail de plusieurs personnes afin de ramener l’équipe sur la glace», a-t-il avoué.

«Dans mon esprit, c’est une nouvelle page, un nouveau chapitre du livre, qui nous aidera à passer à autre chose en tant que communauté et en tant qu’équipe.»

Le soir de l’accident, les Broncos étaient en route pour affronter les Hawks. Les joueurs reprendront le chemin de Nipawin vendredi, pour aller y disputer un deuxième match.

Jamie Brockman, le président des Broncos, a dit que le club est reconnaissant pour le soutien exprimé d’un océan à l’autre. Le match de mercredi représente un point tournant pour bien des gens, croit-il.

«Nous nous apprêtons à découvrir à quoi ressemble la vie ‘’après’’, a mentionné Brockman. Le hockey est de retour à Humboldt. Nous sommes forts, nous allons survivre et nous allons aller de l’avant.»

+

Vingt-neuf bannières commémoratives jaunes et vertes ont été dévoilées mercredi soir après le match des Broncos contre les Hawks de Nipawin.
Les 16 bannières en hommage aux victimes de la tragédie des Broncos de Humboldt