François Legault, premier ministre du Québec
François Legault, premier ministre du Québec

Legault fait son mea culpa [VIDÉO]

«Aujourd’hui, je l’avoue puis je prends la pleine responsabilité. Si c’était à refaire, il y aurait fallu que j’augmente plus vite les salaires des préposés aux bénéficiaires, même sans l’accord des syndicats. Donc, j’en prends l’entière responsabilité. On est rentrés dans cette crise mal équipés.»

François Legault a pris sa part du blâme, vendredi, pour l’hécatombe qui se déroule dans une quarantaine de centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) du Québec.

Après avoir annoncé 58 nouveaux décès de Québécois causés par la COVID-19, ce qui porte le décompte des corps à 688 depuis le début de l’épidémie, le premier ministre a encore établi le grave manque de personnel dans les CHSLD qui prévalait déjà avant la crise comme principal talon d’Achille du Québec dans cette lutte au nouveau coronavirus.

Marotte qu’il avait répétée toute la semaine, appelant jusqu’aux médecins spécialistes en renfort pour remplir des tâches d’infirmières.

«La priorité, c’est qu’il meure le moins possible de monde dans les CHSLD dans les prochains jours, établit-il. Après, on pourra trouver des coupables. Parce que le problème n’a pas commencé avec l’arrivée du gouvernement de la CAQ. Ça fait beaucoup d’années qu’on sait qu’il manque de personnel dans les CHSLD,. Même le Dr Barrette [ex-ministre de la Santé] le disait en 2015. Il a lui-même essayé d’augmenter les salaires des préposés aux bénéficiaires, mais n’a pas réussi.

«Donc, ce n’est pas un problème qui est nouveau. Mais moi, j’aime bien me regarder moi-même, m’évaluer et me remettre en question. Je ne suis pas parfait, puis je me dis : j’aurais dû augmenter le salaire des préposés avant la crise», a expliqué M. Legault, d’un air contrit, avouant jongler avec la question depuis «plusieurs jours et plusieurs nuits».

«On peut tout faire, au gouvernement»

Élu en octobre 2018, le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) avait souvent dit vouloir augmenter davantage le salaire de certains groupes spécifiques d’employés de l’État, soit les enseignants et les préposés aux bénéficiaires.

Le premier ministre avait toutefois préféré attendre la fin des conventions collectives, le 31 mars dernier, et leur renégociation. Et espérer alors infléchir la tendance syndicale à exiger une augmentation identique pour tous. La faute des syndicats, donc?

«Je suis ici pour prendre ma part de responsabilité. On peut tout faire, au gouvernement, par décret ou par une loi spéciale. Donc, je prends toute la responsabilité», a répondu M. Legault, assurant que «ce n’est pas mon premier choix d’être en guerre avec les syndicats».

La prime temporaire de crise actuellement en vigueur doit donc être enchâssée «dans les conventions collectives de façon permanente», ajoute-t-il.

L’écart entre l’optimisme affiché par M. Legault la semaine dernière, alors qu’il parlait de rouvrir les écoles avant le 4 mai, et son ton plus grave et prudent de cette semaine s’avère contrastant.

Entre les deux, il y a eu la découverte de scènes d’horreur au CHSLD Herron de Dorval, entre autres.

Dans la dernière semaine, 447 Québécois sont morts de la COVID-19. Ça fait 64 morts par jour.

Sur les 688 décès confirmés vendredi, 377 vivaient en CHSLD, soit 55 %, et 614 avaient 70 ans et plus, 90 %.

Mais plus de 85 % de ces décès sont concentrés dans quatre régions chaudes : Montréal (391 décès, 57 % du Québec), ses environs du 450, Laval (103, 15 %) et la Montérégie (32, 5 %), ainsi que la Mauricie (60, 9 %). Les CHSLD de Laval (77 % des morts de la région), de la Mauricie (62 %) et de Montréal (58 %) sont les plus durement touchés.

La fin du feu de forêt

Ce qui permet aux autorités de croire qu’après une véritable quarantaine, alors que vendredi marquait le 40e jour depuis l’implantation des premières mesures spécifiques à la COVID-19 au Québec, l’heure est bel et bien venue de penser à rouvrir le robinet. 

Certains signes qui ne mentent pas. La messe télévisée de 13 h fera dorénavant relâche la fin de semaine. M. Legault, le Dr Arruda et la ministre McCann interrompent la série de points de presse quotidiens à 36 en 37 jours. Seul le dimanche de Pâques avait fait exception.

Sur le terrain, les chantiers de construction reprennent lundi et les commerces et entreprises continueront à rouvrir, à condition de respecter les consignes de distance de séparation et d’hygiène.

Mais le tout se fera goutte à goutte. Étape par étape. Même région par région, a-t-on pu apprendre.

«Ça va bien, mais il y a des feux à des endroits spécifiques qui sont associés aux CHSLD, là où on concentre des personnes très malades. Mais le feu de forêt est en train de s’éteindre dans la communauté. Et c’est pour ça qu’on va être en mesure, éventuellement, de rouvrir progressivement, mesurer les faits, s’assurer qu’il n’y ait pas d’étincelles qui font des feux dans la communauté», illustre le directeur national de santé publique du Québec, Horacio Arruda.

Le Dr Arruda parle de deux courbes. Celle dans la communauté, qui a été aplanie, et l’autre dans certains CHSLD.

L’enthousiasme du premier ministre Legault n’en demande pas plus. «Dans tout le reste du Québec, la situation est pas mal sous contrôle. Avec le Dr Arruda, on est en train de regarder pour rouvrir ces régions-là d’une façon intelligente, d’une façon graduelle en s’assurant justement qu’on suive la situation pour être certains qu’il n’y a pas de nouvelle vague. Mais, comme je l’ai dit aussi, on commence par les entreprises. Donc, il n’est pas question, à court terme, même dans ces régions-là, de rouvrir les écoles», conclut-il.

À DÉCOUVRIR: La carte détaillée de la Covid-19 préparée par Benoît Lalonde, responsable de travaux pratiques et de recherche au Département de géographie, et Stéfano Biondo, cartothécaire au Centre GéoStat de la Bibliothèque, Université Laval