La mise en place d’ACCES Cannabis ne change rien à la luttre contre le trafic de stupéfiants à plus grande échelle par le crime organisé.

Légalisation du cannabis: la SQ a revu sa stratégie

La légalisation du cannabis le 17 octobre prochain incite la Sûreté du Québec à revoir sa stratégie.

Le capitaine Dany Dufour, responsable du service des enquêtes sur la criminalité contre l’État, explique que le nouvel encadrement autour du cannabis passe par l’ajout de 54 nouveaux policiers qui interviendront dans le cadre du nouveau programme ACCES Cannabis.

Lire aussi: Cannabis: le règlement municipal représente un grand défi pour le SPS

La décision de la Ville surprend la Santé publique

« Trois équipes d’enquêteurs et huit corps municipaux interviendront pour lutter contre l’approvisionnement à plus grande échelle et pour optimiser notre lutte au cannabis. Ils vont aussi s’occuper de la contrebande en ligne. Étant donné que le cannabis va devenir légal, nous croyons que les réseaux vont se modifier. Toutes les hypothèses sont sur la table avec cette modification législative », explique le capitaine Dufour.

La SQ a basé son nouveau programme sur l’expérience des programmes d’action concertés contre l’économie souterraine en matière de tabac et d’alcool.

« Ces programmes sont très efficaces. Entre 2009 et 2018 en matière de tabac, la contrebande est passée de 30 pour cent à 12 pour cent. Nous espérons que le programme ACCES Cannabis pourra avoir le même taux de succès. On peut faire des parallèles avec le tabac et l’alcool. Il va y avoir un encadrement fédéral, provincial et municipal qui va différer de l’un à l’autre », indique le capitaine Dufour.

Trafic surveillé

La mise en place d’ACCES Cannabis ne change rien à la lutte contre le trafic de stupéfiants à plus grande échelle par le crime organisé. « Nous allons travailler en matière d’approvisionnement, de production et de réseaux de distribution. Des amendes seront remises pour la production de moins de quatre plants. La production de plus de plants demeurera une infraction criminelle », rappelle le responsable du service des enquêtes sur la criminalité contre l’État.


« Le crime organisé est toujours intéressé par les marges de profit substantielles. »
Dany Dufour

La lutte à la criminalité par les escouades régionales mixtes va se poursuivre.

« Le crime organisé est toujours intéressé par les marges de profit substantielles. Comme on le voit en matière d’alcool et de tabac, le crime organisé demeure présent même lorsqu’une substance est légale. Ils recherchent le profit, peu importe la substance. Avec la légalisation du cannabis, ça ne changera pas. S’il y a un profit à faire, ils continueront à être présents. Il y aura assurément du changement dans la structure et nous allons continuer à les contrer », soutient le capitaine Dany Dufour.

Il rappelle que l’Estrie et la Montérégie demeurent des endroits prisés pour les plantations de cannabis.

La semaine dernière, plus de 1800 plants ont été éradiqués sur une dizaine de sites de la MRC de Coaticook.