«De dire non à l’évaluation environnementale du Québec, mais de cogner à la porte et de demander du cash au même gouvernement. Moi, je suis outré de ça», a lancé Sylvain Gaudreault mercredi en point de presse au domaine Maizerets.

Le PQ demande à la CAQ de se tenir debout face au Port de Québec [VIDÉO]

Le député Sylvain Gaudreault demande à la Coalition avenir Québec (CAQ) de se «tenir debout» face au Port de Québec et de lui refuser toute subvention s’il ne respecte pas les lois québécoises en environnement.

«C’est odieux de la part d’une institution comme le Port de Québec d’être autant sans gêne. De dire non à l’évaluation environnementale du Québec, mais de cogner à la porte et de demander du cash au même gouvernement. Moi, je suis outré de ça», a lancé M. Gaudreault mercredi en point de presse au domaine Maizerets.

Le Port de Québec demande de l’aide aux gouvernements fédéral et provincial afin de compléter le montage financier de son projet d’agrandissement Laurentia. 

Pour M. Gaudreault, si le gouvernement caquiste «est cohérent avec sa prétention d’être un gouvernement nationaliste», il doit dire non au Port de Québec. Surtout qu’en ce moment, une cause opposant le port et le gouvernement est devant la Cour d’appel. Le gouvernement du Québec réclame que le port se soumette à son processus d’évaluation environnementale, alors que le port ne veut se soumettre qu’à l’évaluation environnementale du gouvernement fédéral. 

M. Gaudreault évalue que cette cause se rendra probablement jusqu’en Cour suprême, ce qui implique des délais importants. Dans l’intervalle, il croit que de tourner le dos au projet Laurentia serait la meilleure solution. «Sinon, c’est de l’aplaventrisme», juge-t-il. 

Le député demande également à la CAQ de faire cheminer son projet de loi 391, qui affirme la compétence exclusive du Québec en matière d’environnement. 

Une vision partagée par Christiane Gagnon, candidate pour le Bloc québécois dans Québec en vue des élections fédérales. Mme Gagnon croit que le Port de Québec devra répondre à de nombreuses questions s’il veut calmer la grogne citoyenne concernant le projet Laurentia dans le quartier Limoilou. «On sait pas quel bruit ça va amener, on sait pas quelle poussière ça va amener. Il y a plein de choses que les citoyens sont inquiets là-dedans.»

Rappelons qu’à la fin mai, l’Administration portuaire de Québec a conclu une entente de 775 millions $ avec Hutchison Ports, le plus important réseau de ports dans le monde, et avec le Canadien National (CN) pour la construction et l’exploitation d’un nouveau terminal de conteneurs. 

Le projet Laurentia (appelé autrefois Beauport 2020), prévoit un prolongement de 610 mètres de la ligne de quai actuelle et l’aménagement d’un terrain de 17 hectares. Environ 500 000 conteneurs transiteraient par Québec chaque année. 

Dans les cartons depuis 2015, le projet n’a toutefois pas encore obtenu le feu vert de l’Agence fédérale d’évaluation environnementale.