La Société de sauvetage du Québec indiquait samedi avoir recensé 54 noyades cette année - une autre viendrait vraisemblablement s’ajouter -, par rapport à 37 à pareille date l’an dernier.
La Société de sauvetage du Québec indiquait samedi avoir recensé 54 noyades cette année - une autre viendrait vraisemblablement s’ajouter -, par rapport à 37 à pareille date l’an dernier.

Le nombre des noyades a bondi au Québec comparativement à l’an dernier

Le beau temps, les vagues de chaleur successives et le fait que les Québécois prennent leurs vacances dans la province expliquent pour beaucoup le nombre accru des noyades recensées cette année par rapport à l’an dernier, selon la Société de sauvetage.

L’organisme indiquait samedi avoir recensé 54 noyades cette année - une autre viendrait vraisemblablement s’ajouter -, par rapport à 37 à pareille date l’an dernier. Pire encore, le bilan non officiel de 2019 qui faisait état de 58 noyades pourrait être bien fracassé.

«Les Québécois sont restés au Québec au lieu d’aller sur la côte est américaine, dans les Maritimes ou en Ontario, a expliqué Raynald Hawkins, le directeur général de la Société de sauvetage. Ils veulent être près de l’eau, sur l’eau et dans l’eau. C’est la loi du nombre qui vient jouer contre nous.»

M. Hawkins note également que le nombre de nouveaux utilisateurs des plans d’eau est en forte croissance, notamment en raison de la popularité des sports de pagaie, des motomarines et des piscines résidentielles dont les ventes augmentent.

La firme d’études de marchés NPD Group Canada notait d’ailleurs cette semaine que les ventes de piscines gonflables ont plus que doublé entre avril et juin par rapport à la même période l’an dernier, une situation qu’elle attribuait directement à la pandémie.

Raynald Hawkins

Sauver des vies

M. Hawkins aimerait bien que davantage des gens suivent les conseils de sécurité «afin d’avoir des anecdotes à raconter plus que des drames à faire vivre à leurs proches».

Le premier: portez votre veste de flottaison individuelle en tout temps lorsque vous êtes à bord d’une embarcation. «Juste ça, on viendrait sauver 20 personnes de la noyade», a-t-il lancé en entrevue avec La Presse Canadienne.

La Société de sauvetage suggère également de désigner un adulte comme sauveteur un peu comme ce qui se fait pour les soirées arrosées où il y a un conducteur désigné. Une étude des rapports des coroners a permis à l’organisme de déterminer que 87 % des noyades d’enfants se déroulent en l’absence d’une supervision directe ou que la personne qui avait cette responsabilité a été distraite.

Somme toute, le bilan des noyades au Québec s’est grandement amélioré au cours des 30 dernières années passant d’une moyenne de 200 décès à 80. «Nécessairement, il y a des gens qui ont compris les messages», estime M. Hawkins. Cependant, encore aujourd’hui la majorité des noyades sont évitables puisqu’elles sont de nature récréative et sportive.