Ce n’est pas la première fois qu’une organisation utilisant le nom «La Meute» doit revoir son image de marque pour éviter d'être associée au groupe d'extrême droite.

Le nom «La Meute» devenu toxique

Le nom «La Meute» semble être devenu toxique. Au point où l’Association de crosse de Valleyfield et du Suroît a dû se résigner à changer le nom de ses équipes sportives afin d’éviter d’être associée au groupuscule d’extrême droite.

«On vous demande votre suggestion pour trouver un nom à nos équipes en vous basant sur les exemples de chandails et en considérant que ce sont les yeux d’un animal. Nous devons nous séparer du premier nom que nous avions choisi : La Meute, à cause du groupe extrémiste de Québec», est-il inscrit sur la page Facebook de l’Association.

Le président, Robert Daoust, a expliqué au Soleil que le nom «La Meute» avait été choisi il y a un an et demi quand il avait décidé de relancer l’association de crosse mineure à Valleyfield. «Quelqu’un nous a fait un logo avec deux gros yeux et au lieu de choisir un nom comme “les loups” ou “les lynx”, on a choisi “la meute”», poursuit-il, avouant qu’il ne connaissait pas «l’autre» Meute à ce moment-là. «À cette époque, on n’entendait pas parler beaucoup de l’organisation extrémiste La Meute, du moins pas chez nous», indique M. Daoust.

Tout recommencer

Des chandails et du matériel promotionnel ont été imprimés, mais il faut maintenant tout recommencer. Si le logo demeure le même, le nom et les couleurs des équipes seront changés. «À un moment donné, des gens se sont mis à nous dire que ça n’avait pas de bon sens de s’appeler La Meute, que des gens allaient associer cela à la violence et au racisme...»

«Une personne de Drummondville engagée dans la crosse et un directeur d’école nous ont suggéré de regarder les journaux, car ils ne voulaient pas être associés à La Meute de Québec», poursuit-il, ajoutant que la sollicitation était aussi devenue plus difficile. «Les entreprises et les personnes haut placées à Valleyfield étaient plus réticentes à nous commanditer à cause du nom. Personne ne voulait être associé à l’extrême droite et à la radicalisation.»

Le changement de nom des équipes sportives devrait coûter quelques centaines de dollars à la jeune organisation qui ne roule pas sur l’or. «Nous avons déjà reçu 25 suggestions, alors les équipes auront un nouveau nom après le 16 février. Il nous reste aussi une soixantaine de t-shirts que nous avions fait faire. Si La Meute de Québec les veut, on est prêt à leur vendre!» ajoute-t-il à la blague.

D’autres Meutes

Ce n’est pas la première fois qu’une organisation utilisant le nom «La Meute» doit revoir son image de marque. L’an dernier, l’entreprise La Meute Entraînement plein-air de Saint-Jean-sur-Richelieu décidait de conserver son nom, mais de modifier son logo en forme de patte de loup qui ressemblait un peu trop à celui du groupuscule d’extrême droite.

«En fin de compte, nous avions décidé de garder le nom La Meute puisqu’il était en place depuis plus de quatre ans et que tout notre concept est orienté autour de ça. Nos clients et nos partenaires d’affaires nous appuient là-dedans. Mais on a changé l’image de la patte de loup pour celle de la tête de loup pour éviter d’être associés à l’extrême droite», a déclaré au Soleil Marc-André Paillé, copropriétaire de l’entreprise.

«Nous avons rediscuté du sujet cet automne, mais nous avons décidé de garder notre nom. Depuis le changement de logo, nous n’avons rencontré personne qui croie que nous sommes liés à l’organisation d’extrême droite La Meute.» 

D’autres organisations sportives portant le nom de La Meute n’ont pas non plus l’intention d’imiter l’Association de crosse de Valleyfield et du Suroît. Michel Pelletier, président du Club cycliste La Meute de Rivière-du-Loup, rappelle que son club existe depuis 10 ans. «Nous étions là bien avant eux! Et l’an dernier, on a fait un post humoristique pour dire qu’on se dissociait de tout ça, pour montrer les différences entre cette "gang" de cons et nous autres», a-t-il déclaré.

Quant à Isabelle Paquette, présidente du Club de course à pied La Meute de Chibougamau, elle a déclaré au Soleil que le sujet n’avait pas été discuté et que son association n’avait pas intérêt à changer de nom parce que les gens ne confondent pas les deux.