Le Musée de la civilisation a inauguré l’exposition Ici Londres, mercredi.

Le Musée de la civilisation à l’heure de Londres

Le Musée de la civilisation se met à l’heure de Big Ben et de la capitale anglaise à l’occasion de l’exposition Ici Londres, qui tiendra l’affiche jusqu’en mars 2019. Une occasion de découvrir l’effervescence de cette ville cosmopolite, de l’après guerre à nos jours, où sont nés des courants musicaux qui ont balayé toute la planète.

Le directeur général de l’établissement du Vieux-Port, Stéphan La Roche, n’a pas manqué de souligner les caractéristiques uniques de la «déjantée» capitale britannique, mercredi, lors de l’inauguration de l’événement, rendu possible grâce à la collaboration de huit institutions londoniennes (dont la Tate Gallery et le Museum of London) et la supervision de la chargée de projet Caroline Lantagne.

Au sol, une carte de Londres guide les pas des visiteurs. Au centre de la salle, une maquette de la «City of London», cœur économique de la ville, fait office de carrefour pour partir à la découverte des différents quartiers, chacun ayant sa renommée : Chelsea, le berceau du mouvement punk; Abbey Road, lieu de pèlerinage des fans des Beatles; Soho, lieu de naissance des «Swinging Sixties»; Camden Town, reconnu pour ses marchés aux puces et sa culture alternative. 

Ère numérique oblige, le visiteur pourra compter sur une nouvelle application (Mon MCQ), à télécharger sur son téléphone intelligent, pour obtenir des informations supplémentaires en «réalité augmentée». Ainsi suffira-t-il de cadrer le gilet des Sex Pistols pour entendre leur musique, ou de poser le même geste devant la photo du mannequin Twiggy pour la voir s’animer en pictogrammes, sur un air de Tom Jones.

La conception de l’exposition s’est déroulée avec la collaboration de l’animatrice Geneviève Borne, «une grande amoureuse de Londres».

Parmi les objets les plus importants prêtés par des musées londoniens, notons une murale tryptique du père de l’art abstrait Ben Nicholson; deux lithographies signées John Lennon, ainsi que l’un de ses costumes de l’époque des Beatles; et une chaise Mark II dessinée par l’icône du design, Robin Day. 

Coup de foudre

Porte-parole de l’exposition, Geneviève Borne raconte avoir vécu un «coup de foudre total» pour la capitale anglaise lors de sa première visite, en 1995. L’animatrice se fait un devoir, mais surtout un plaisir d’y retourner chaque année.

«Ma fascination remonte à très loin. Adolescente, ma musique préférée était celle qui venait de Londres. J’ai beaucoup aimé le mouvement punk et new wave. J’ai aussi grandi avec une photo dans le salon familial, celle de la Conférence de Québec. À l’époque, mon arrière-grand-père [Lucien Borne] était maire de Québec et il avait accueilli Churchill, Roosevelt et MacKenzie King.»

L’auteure du livre 300 raisons d’aimer Londres avoue un faible pour le quartier Kensington, avec ses maisons victoriennes, ses boutiques design et ses hauts lieux culturels, dont le Royal Albert Hall, «la plus belle salle de spectacles au monde».

Pléiade d’activités

En complément de l’exposition, le Musée de la civilisation fera souffler un vent «british» tous azimuts dans ses murs, avec la présentation d’une multitude d’activités culturelles et éducatives. Toutes les fins de semaine de l’été, la cour intérieure s’animera avec des reprises de chansons des Bowie, Pink Floyd, Adele, Coldplay et Beatles, gracieuseté de six étudiants de la Faculté de musique de l’Université Laval.

À signaler également, des visites guidées visant à faire découvrir quelques influences britanniques méconnues du Vieux-Québec.

Conférences (dont une de Geneviève Borne, en septembre), longs-métrages, concerts de musique classique et menu spécial d’inspiration britannique au Café 47 complètent la programmation. 

So charming, indeed...

***

VOUS VOULEZ Y ALLER?

  • Quoi : Ici Londres
  • Où : Musée de la civilisation
  • Quand : jusqu’au 10 mars 2019
  • Billets : 22 $ (31 ans et plus), 15 $ (18-30 ans), 7 $ (12-17 ans), gratuit (11 ans et moins)
  • Info : www.mcq.org
Les Beatles, David Bowie, les Sex Pistols, Vivienne Westwood, autant de noms qui ont étonné, charmé, voire choqué, figurent parmi ces créateurs dont le visiteur pourra découvrir la créativité.
La capitale britannique a influencé la planète entière.
La popularité des Beatles ne se dément pas, alors que des fans affluent toujours dans Abbey Road.