Le propriétaire du centre commercial Fleur de Lys, Jonathan Trudel.

Le modèle des commerces à réinventer

À l’heure où le commerce en ligne gagne beaucoup de parts de marché et où les commerçants tentent de se réinventer, le Salon des sociétés d’histoire de la ville de Québec ne pouvait pas choisir un meilleur thème pour sa septième édition : les rues commerciales et les centres commerciaux.

Le propriétaire du centre commercial Fleur de Lys, Jonathan Trudel, agissait de porte-parole.

«C’était un match naturel. Quand on a acheté Fleur de Lys, on avait découvert une voute d’histoire dans le centre d’achat. On avait fait appel à plusieurs sociétés d’histoire pour nous aider à analyser, à documenter et à faire une exposition des archives qu’on avait trouvées.»

M. Trudel voulait donc rendre la pareille, les sociétés d’histoire avaient rendu possible une exposition de 150 clichés documentés qui expliquent l’évolution du quartier Vanier et de la place Fleur de Lys à travers les années.

«Il ne faut pas que ces choses-là restent cachées. J’ai une grande soif du savoir. Quand on comprend mieux d’où l’on vient, ça nous aide à mieux nous définir. Comme entrepreneur, ça m’aide aussi à me positionner pour le modèle à développer pour les générations futures», soutient M. Trudel. 

Une expérience renouvelée 

Le commerce évolue en fonction des gens qui le font vivre, c’est ce que M. Trudel et tous les exposants du Salon croient. 

«C’est encore la même chose, il faut s’adapter avec la tendance du marché et la nouvelle mode de consommation. Le commerce en ligne est très actif, mais ça a aussi ses points négatifs. Il n’y a pas l’aspect d’expérience que les gens veulent se procurer de plus en plus. L’expérience du contact humain est encore bien présente, il faut seulement développer les modèles.»

M. Trudel ne manque pas de noter la fermeture de plusieurs bannières telles que Zellers, Sears ou Target. Les magasins de grande surface comme La Baie réduisent aussi leur superficie.

«Les grands magasins sont en train de disparaître. On assiste à un retour des commerces locaux, où il y a justement une meilleure expérience avec les marchands.»

Environnement 

Les modèles de centres d’achat que l’on connaît ont été développés dans les années 60, où le moyen de transport privilégié était la voiture. 

«On s’en va ailleurs. En plus, si on pense aux grandes chaînes et à l’achat en ligne, les produits ont voyagé beaucoup plus. Les gens font de plus en plus attention à ça.» 

M. Trudel avoue que de repenser un modèle est complexe, mais croit que les consommateurs et les commerçants sont prêts à s’adapter aux nouvelles tendances.

Un nouveau projet pour Fleur de Lys 

Dans quelques semaines, M. Trudel et ses partenaires feront le dévoilement du plan directeur de leur projet pour la place Fleur de Lys. 

«On s’en va dans une dynamique de quartier complet. Fleur de Lys n’est pas une galerie commerciale qui est appelée à traverser le temps sous la forme actuelle, il faut absolument la repositionner. On a une grande superficie de terrain, c’est beaucoup d’espace pour créer un quartier qui n’existe pas.»

Pour 2020, M. Trudel espère mettre en marche les premières phases de construction et de rénovation de son grand projet. Si tout se déroule bien, les travaux devraient commencer l’été prochain.

À LIRE AUSSI: Casser l’autoroute pour redessiner la ville