Le groupe immobilier québécois Mach propose d’acquérir la totalité des actions de Transat AT au prix de 14 $ par action.

Le Groupe Mach veut acheter Transat AT

Un joueur québécois vient brouiller les cartes dans le dossier de la vente de Transat AT et cherche à écarter Air Canada du portrait.

Le groupe immobilier québécois Mach propose d’acquérir la totalité des actions de Transat AT au prix de 14 $ par action, payable en espèces, dans un montage qui serait assorti d’une participation d’un partenaire espagnol dans le secteur hôtelier et d’une aide de 120 millions $ du gouvernement du Québec.

En fin de journée, mardi, le transporteur Air Canada a toutefois annoncé qu’il était en train de «régler les derniers détails» de son entente avec Air Transat, ce qui laisse croire que les négociations se déroulent bien.

Les démarches du Groupe Mach semblaient plutôt préliminaires.

En entrevue avec La Presse canadienne plus tôt dans la journée, le président de Groupe Mach, Vincent Chiara, a précisé avoir déjà approché Investissement Québec et le ministère de l’Économie, dont le responsable, Pierre Fitzgibbon, s’est déjà montré prêt à intervenir financièrement s’il le faut.

Legault prudent

Le premier ministre François Legault a toutefois refusé de venir brouiller les cartes avec les deniers publics lorsqu’interrogé mardi à l’Assemblée nationale.

«C’est une transaction qui est privée, donc c’est au conseil d’administration, aux actionnaires de décider», a-t-il dit tout en se réjouissant de voir que les offres d’achat impliquent «deux groupes québécois».

M. Legault a rappelé que l’ouverture manifestée par son gouvernement dès l’annonce de la mise en vente de Transat visait surtout à soutenir un acheteur québécois dans l’éventualité où une offre proviendrait d’un joueur de l’extérieur. «À partir du moment où il y a déjà une offre québécoise, effectivement on doit être prudent», a-t-il dit.

Lorsque les journalistes lui ont demandé si cela signifiait que Québec ne voyait plus l’utilité de s’impliquer, le premier ministre a nuancé. «Pas nécessairement. S’il y a une bonne proposition et un investissement intéressant pour Investissement Québec, ça peut être regardé, mais je ne vois pas l’urgence», a-t-il déclaré.

De son côté, le chef de l’opposition péquiste, Pascal Bérubé, s’est également réjoui de voir que les actionnaires de Transat avaient plus d’une option à évaluer. Il s’est également objecté à une annonce d’aide prématurée.

«Lorsqu’on négocie et qu’on annonce d’entrée de jeu qu’il y aura de l’aide disponible, il m’apparaît qu’on ne fait pas nécessairement la bonne chose. (...) Laissons aller les offres et ultimement, ce sera tranché et le gouvernement pourra apprécier quelle offre est la meilleure et laquelle il veut supporter», a dit M. Bérubé.

Il n’a toutefois pas raté l’occasion pour livrer son appréciation d’Air Canada : «mauvais service à la clientèle, mauvais citoyen corporatif à bien des égards, pas très bon pour le bilinguisme, expérience perfectible dans le domaine de l’aviation».

Groupe Mach estime que son offre correspond à une transaction dont l’évaluation excède 1 milliard $, incluant une dette hors bilan.

Elle aurait également pour effet de fermer le capital de Transat et de la transformer en société privée qui ne serait plus cotée en bourse.

L’offre est aussi conditionnelle à la conclusion d’ententes avec le Fonds de solidarité de la FTQ et la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui détiennent des positions dans l’entreprise.

Pénalité de 15 M $

Il y a un peu plus de deux semaines, Air Canada a annoncé avoir conclu une entente exclusive de 30 jours pour tenter de négocier le rachat de la société mère du transporteur aérien Air Transat au prix de 13 $ par action.

Groupe Mach, qui avait déjà commencé à approcher le transporteur aérien et voyagiste québécois dès le mois de février, demande à Transat de mettre un terme à la négociation avec Air Canada.

L’entente d’exclusivité entre Transat et Air Canada prévoit toutefois une indemnité de rupture de 15 millions $ payable à Air Canada si Transat accepte une offre supérieure, une possibilité qui n’effraie nullement Vincent Chiara.

«Si le conseil d’administration a les meilleurs intérêts de Transat à cœur, dans mon esprit ils ont l’obligation de regarder notre offre», a-t-il indiqué en entrevue.

Pas de démantèlement ou de mises à pied

Groupe Mach, qui est basé à Montréal, promet par ailleurs que le siège social, la haute direction et le centre décisionnel de Transat demeureront réellement dans la métropole et qu’il n’y aura pas de mises à pied à la suite de la transaction.

«Notre plan est de poursuivre les opérations de l’entreprise de la même manière qu’elle est opérée aujourd’hui», a confié M. Chiara.

Quant à l’hypothèse voulant que Groupe Mach, un spécialiste de l’immobilier, veuille se concentrer sur les activités de destinations soleil et se départir éventuellement de la ligne aérienne, Vincent Chiara s’en est défendu.

«La compagnie aérienne est une partie intégrale de l’entreprise. Le plan d’affaires est d’emmener les passagers à leurs destinations et de vendre des forfaits qui comprennent l’hôtel et nous voulons bâtir un portefeuille d’hôtels pour offrir les destinations aux passagers au meilleur prix possible.»

Ajout d’expertise

À ce sujet, le promoteur immobilier prévoit bonifier considérablement le plan de développement stratégique 2018-2022 du voyagiste, qui vise le développement de 5000 chambres - soit 3000 à titre de propriétaire et 2000 comme gestionnaire - un nombre que Mach entend porter à 12 000, soit 8000 sous la propriété de Transat et 4000 sous gestion. Vincent Chiara note d’ailleurs que le plan actuel de Transat se heurte à la réalité du terrain.

«Ils n’ont pas commencé la construction de l’hôtel qu’ils planifiaient bâtir au Mexique. Je crois qu’ils ont de la difficulté avec les permis et tout, étant dans un autre pays et devant composer avec différentes lois et différentes autorités», a-t-il dit.

Or, le partenaire de Groupe Mach, TM Grupo Inmobiliario, est un important développeur immobilier résidentiel et touristique en Espagne qui doit, dans le cadre de cette transaction, contribuer non seulement un montant de 15 millions $, mais aussi transférer trois de ses hôtels au Mexique dans le portefeuille de Transat une fois la vente conclue.

«Notre plan est de nous associer avec des joueurs locaux (TM Grupo) qui ont réalisé certains de leurs projets qui seront partenaires dans cette transaction. Ils élimineront tout le risque de réalisation avec lequel Transat est aux prises présentement», a précisé le promoteur immobilier montréalais.

TM Grupo est déjà associé à Transat comme fournisseur hôtelier au Mexique et les trois hôtels qui passeraient sous le contrôle de Transat regroupent environ 1000 chambres au total. Avec sa participation, le groupe espagnol détiendrait «jusqu’à 25 %» des actions de Transat, le reste étant entre les mains de Groupe Mach.

Confiant de boucler «dans un délai assez court

Interrogé sur ses sources de financement pour un tel projet, Vincent Chiara rappelle que son entreprise fait affaire avec la plupart des banques à charte canadiennes pour ses projets immobiliers.

«Nous avons eu des discussions avec certaines d’entre elles au sujet de cette transaction et elles sont très ouvertes à nous accompagner dans cette démarche.

«Nous sommes très confiants de pouvoir régler cette transaction dans un délai assez court», a-t-il ajouté.

Le Groupe Mach détient un important portefeuille de propriétés comprenant des immeubles de bureaux, de commerce de détail, industriel, des complexes hôteliers, du terrain et du multirésidentiel, dans lequel on retrouve notamment l’Édifice Sun Life, la Tour CIBC, la Place Victoria et l’Hôtel St-James, à Montréal, ainsi que l’Édifice Le Soleil/CGI, l’Édifice Telus, l’édifice le Cartier et le nouvel immeuble de Fasken, à Québec. Il est également le promoteur responsable de développer l’ancien site de Radio-Canada, un vaste projet immobilier sur un terrain de 20 acres qui doit accueillir plus de 4,5 millions de pieds carrés d’immeubles à usage mixte.

Transat peu loquace

Prise entre l’arbre et l’écorce, Transat s’est contentée de publier un communiqué en fin d’après-midi, disant avoir «pris connaissance du communiqué de presse du Groupe Mach» et rappelant du même souffle «qu’elle a signé une entente avec Air Canada, aux termes de laquelle elle a accepté une période d’exclusivité de négociations contraignante de 30 jours».

L’entreprise ajoute que «cette période d’exclusivité se terminera vers la fin juin 2019» et qu’elle «n’entend pas faire de nouvelle annonce ou de commentaire additionnel à ce sujet».

Elle prend soin, toutefois, de noter qu’«il n’y a aucune certitude qu’une entente définitive interviendra en lien avec toute transaction proposée», laissant entendre à Air Canada que malgré l’entente d’exclusivité, elle n’a pas pour autant fait son lit en sa faveur.