La championne de surf des neiges Laurie Blouin et sa chienne Fidji à l’aéroport de Québec, lundi

L'année quasi olympique de Laurie Blouin [VIDÉO]

La championne de surf des neiges Laurie Blouin a atterri un peu avant midi, lundi, à l’Aéroport Jean-Lesage de Québec, où des membres de sa famille et sa chienne Fidji l’attendaient. L’athlète rapporte plusieurs distinctions à la maison, dont sa plus récente conquête : l’or à l’épreuve de slopestyle à la Coupe du monde de surf des neiges à Calgary.

«J’avais eu de bonnes pratiques et j’étais confiante, lance Laurie Blouin, à peine descendue de l’avion. Je suis restée dans ma tête, j’ai fait mes affaires et ça a bien fonctionné.»

Fidji a été la première à sauter au cou de la championne lors de son retour en sol québécois.

Juste après, la mère de Laurie a pu accueillir sa fille qu’elle n’avait pas vue depuis plus d’un mois. Martine Collin aura une courte semaine avec sa fille, qui doit repartir dimanche prochain.

«Tant qu’elle est heureuse, c’est un plaisir pour la famille», assure sa mère. «C’est une très belle saison pour Laurie», se réjouit-elle.

«J’aime ça, j’ai du plaisir», confirme Laurie Blouin. «C’était vraiment le fun et le parcours était vraiment bien construit», ajoute-t-elle à propos de sa plus récente compétition à Calgary. Même si sa première descente lui assurait vraisemblablement la victoire, la planchiste a servi un paquet de manœuvres spectaculaires lors de sa deuxième, pour son plaisir personnel, assure-t-elle.

«On dirait que c’est pire qu’avant une année olympique, en ce moment, je n’arrête juste pas», commente Laurie Blouin. «Là, je suis à Québec pour six jours. Je repars dimanche pour les US Open. Après, j’ai les X Games en Norvège. Après, je reviens pour environ une semaine et demie. Et après, j’ai une dernière compétition à Andorre.»

À la fin de cette saison bien remplie, l’athlète aura à peine le temps de se reposer avant le début des qualifications olympiques. «Ça commence cet été en Nouvelle-Zélande. Ça arrive vite, l’été va passer vite», commente la planchiste qui ne rêve que de son lit pour l’instant.

«Je suis partie hier à 10h du soir et mes vols ont été retardés. J’ai vraiment hâte d’être chez moi, de décompresser, de voir mes amis et ma famille», avoue la championne.

Compétitionner chez soi

«C’est vraiment fou de ravoir une compétition internationale au Canada», se réjouit Laurie Blouin. «Être à la maison devant les fans canadiens, ça fait chaud au cœur», assure la championne qui ramène également l’espoir d’une compétition internationale à Québec.

«J’ai entendu dire qu’ils travaillaient vraiment fort pour que Big Air revienne à Québec, rapporte l’athlète. Je ne pense pas que le slopestyle revienne à Stoneham. Mais je pense que le Big Air, ils travaillent fort pour que ça revienne.»

Laurie Blouin a atterri lundi un peu avant midi à l’aéroport de Québec où des membres de sa famille, notamment sa grand-mère, Raymonde Pothier Collin, l'attendaient.