Bombe chez les Olympiques lundi matin. L’organisation a annoncé qu’Éric Landry ne reviendrait pas à la barre de son club en 2020-21 même s’il restait une année à écouler à son contrat. Il sera remplacé par Louis Robitaille.
Bombe chez les Olympiques lundi matin. L’organisation a annoncé qu’Éric Landry ne reviendrait pas à la barre de son club en 2020-21 même s’il restait une année à écouler à son contrat. Il sera remplacé par Louis Robitaille.

Landry congédié par les Olympiques

Après avoir complété un cycle de reconstruction, les Olympiques de Gatineau s’apprêtent à traverser le fil de départ d’un marathon qui pourrait les mener jusqu’au tournoi de la coupe Memorial en 2022 ou 2023, mais cette étape se fera sans leur entraîneur-chef des trois dernières saisons et demie.

La direction des Olympiques a annoncé le congédiement d’Éric Landry lundi avant-midi. Selon les informations recueillies par Le Droit, il sera remplacé par Louis Robitaille lors d’une vidéoconférence mercredi.

Entraîneur-chef des Tigres de Victoriaville depuis quatre ans, Robitaille ajoutera le chapeau de directeur général à ses fonctions en s’amenant à Gatineau, où il aurait signé une entente de quatre ans. Il s’agira d’un retour aux sources pour l’ancien défenseur de l’Intrépide midget AAA, qui avait évolué sous les ordres d’Alain Sanscartier en 1998-99.

Landry faisait partie du personnel des entraîneurs des Olympiques depuis huit ans. Il restait un an à écouler à son contrat. Il s’était joint à l’équipe en 2012-13 après une longue carrière professionnelle en Amérique du Nord et en Europe. Il a été adjoint de Benoît Groulx et de Mario Duhamel pendant quatre ans et demi. En janvier 2017, au début d’une période de reconstruction, il avait remplacé Mario Duhamel.

Le démantèlement a pris de l’ampleur dès la saison suivante. Les meilleurs joueurs de l’organisation ont tous été sacrifiés en fonction de l’avenir. Un avenir qui sera assuré par un autre que lui.

«Quand nous avons remanié notre personnel hockey en décembre (démission du directeur des opérations hockey Alain Sear), Marc Saumier avait été nommé par intérim. C’était clair depuis le début que nous allions rencontrer des hommes de hockey et ouvrir le poste à la fin de la saison», a d’abord indiqué le président du club, Norm MacMillan.

Quelques propriétaires des Olympiques ont donc rencontré six candidats pour le poste de directeur général vendredi, mais dans ce groupe, un des candidats tenait à garder son poste d’entraîneur-chef. On présume qu’il s’agit de Louis Robitaille. Samedi, Éric Landry a été ajouté aux entrevues pour les deux postes. Même s’il n’a pas été retenu, Marc Saumier se verra offrir un autre poste important au sein de l’organisation.

Au bout de l’exercice effectué ce week-end, un candidat s’était distingué des autres selon MacMillan.

«Nous amenons quelqu’un de l’extérieur de la région de l’Outaouais parce que nous avons été chercher la meilleure personne pour nous aider à nous rendre là où nous voulons aller. Cette destination, c’est  la coupe Memorial. Le candidat qui sera présenté mercredi a donné la meilleure entrevue. Nous amorçons une phase stratégique de notre construction. Nous misons déjà sur de bons jeunes joueurs en Pier-Olivier Roy, Manix Landry, Zach Dean et Olivier Boutin. Nous avons quatre choix de première ronde au prochain repêchage. Notre prochain entraîneur-chef et directeur général nous a vendu un solide plan pour nous rendre à destination.»

Malgré son enthousiasme envers l’avenir, Norm MacMillan s’est dit peiner d’avoir à annoncer la mauvaise nouvelle à Éric Landry lundi matin.

«La plus grande qualité d’Éric, c’était sa loyauté envers les Olympiques. Il était avec nous depuis huit ans. Ça m’a fait de la peine de lui annoncer que nous prenions une autre direction. Il a été très professionnel dans notre conversation. Ce n’est pas que nous doutions de ses capacités, mais à la suite de notre exercice, un candidat avait été très convaincant.»

Implication de Brassard

Toujours selon les informations recueillies par Le Droit, Derick Brassard a participé au processus de sélection même s’il n’est pas encore officiellement propriétaire du club. Cette annonce devrait venir plus tard cette semaine.

Quant à Robitaille, il a maintenu une fiche de 127 victoires et 129 défaites à Victoriaville où il a participé à un carré d’as en 2018. Champion de la coupe Calder avec les Bears de Hershey en 2006, il a aussi disputé deux matches avec les Capitals de Washington cette année-là. Joueur émotif, il a mené la Ligue américaine avec 350 minutes de punition en 2007-08.