Mario Marois à Québec, en mars 2015

L’ancien capitaine des Nordiques Mario Marois joint le Drakkar

L’ancien capitaine des Nordiques et des Remparts de Québec Mario Marois se joint au Drakkar de Baie-Comeau pour le reste de la saison et des séries éliminatoires en qualité d’entraîneur-adjoint. Il fera ses débuts avec l’équipe de la Côte-Nord, vendredi, à l’occasion de la visite de l’Océanic de Rimouski.

Il s’agit de la deuxième année d’affilée que le Drakkar invite un homme de hockey d’expérience à venir prêter son concours au personnel en place. La saison dernière, Mario Durocher, nommé en chef à Bathurst depuis, avait secondé l’entraîneur-chef Martin Bernard dans le dernier droit.

«J’ai été un peu hésitant au début quand leur dépisteur-chef m’a appelé. Mais plus j’y pensais et plus ça me tentait parce que je suis encore compétitif et j’aime gagner», confiait l’ex-défenseur rejoint entre deux vols vers Québec, mercredi matin.

Natif de L’Ancienne-Lorette, Marois a disputé 955 matchs dans la LNH avec les Rangers de New York, les Nordiques, les Canucks de Vancouver, les Jets de Winnipeg et les Blues de St. Louis. Il compte une participation à la finale de la Coupe Stanley avec les Rangers.

Depuis sa retraite, en 1991-1992, il a notamment œuvré comme dépisteur avec Vancouver, Colorado, Caroline et les Red Wings de Detroit, qui n’avaient pas renouvelé son contrat pour la présente saison. Il a aussi déjà été entraîneur adjoint avec le club-école des Canucks. Il a récemment été nommé sur l’équipe d’étoiles de la première génération des Remparts 0. À sa dernière de trois saisons avec les Remparts en 1976-1977, il avait compilé 84 points et 234 minutes de punition.

«Je pense avoir un bon bagage pour aider les jeunes... On va mettre de la vie, là-dedans. Il reste encore deux bons mois de hockey, je n’étais pas pour rester chez nous à regarder la neige fondre», illustrait-il sur un ton franc.

Bernard travaillera avec un type qui ne fait pas de détour pour dire ce qu’il pense. Marois connaît bien la génération de joueurs d’aujourd’hui en raison de son travail comme dépisteur, un rôle qu’il aimerait bien reprendre dès la prochaine campagne.

«Moi, je ne m’en vais pas à Baie-Comeau pour prendre la place de personne, même que j’aimerais ça retourner comme dépisteur, l’an prochain, c’est un rôle que j’aime bien. Mais rien n’empêche qu’après avoir joué longtemps, le plus le fun, c’est d’être sur la glace et sur le bord de la bande», illustrait le vétéran de 16 saisons dans la LNH qui a remporté la Coupe du président et participé à la Coupe Memorial comme joueur avec les Remparts en 1975-1976.

Un gars avec du «millage»

«On voulait un gars qui avait du millage, qui est passé par là», a fait valoir Martin Bernard au sujet de son nouvel adjoint. «Il nous apporte une plus-value. Derrière le banc, il va être un parrain pour les joueurs, il va apporter son énergie, son côté positif, son expérience quand ça va chauffer.» Le pilote rappelle qu’en séries, «c’est important de réagir vite et de s’assurer de ne pas perdre un joueur dans une détresse psychologique. Mario est super excité de venir ici.»  Avec Steeve Paradis