Tout comme le reste de l'Amérique du Nord, Québec est touchée par une vague de froid.

L’Amérique du Nord balayée par une vague de froid extrême

CHICAGO — Des chutes de neige record et des vagues de froid polaire prolongées glaçaient l’Amérique du Nord mercredi. Des conditions météorologiques extrêmes qui inquiètent les autorités américaines et canadiennes, au moins à court terme.

La ville américaine d’Erié, non loin des chutes du Niagara et dont le lac sert de frontière naturelle avec le Canada, a ainsi connu un Noël sous un épais manteau de 1,5 mètre de neige, tombé en seulement 48 heures.

Les autorités locales ont dû instaurer un état d’urgence qui va permettre de réquisitionner le matériel lourd nécessaire pour éviter les accidents potentiels.

Les 147 centimètres de neige, expliquent les météorologues, ont été accentués par les vents glacés soufflant depuis le lac dans cette ville de la pointe nord de la Pennsylvanie.

Entre 2 et 5cm de neige supplémentaires devraient tomber dans les prochaines heures, mais d’ores et déjà les voitures étaient ensevelies sous la neige à Erié, dont les habitants sont exhortés à rester cloîtrés chez eux avec des produits de première nécessité.

Le gouverneur de Pennsylvanie, Tom Wolf, a annoncé que la garde nationale allait fournir des véhicules de déblaiement militaires pour prêter main-forte aux autorités locales et aux services médicaux d’urgence.

Selon les données des services météo américains, les 86 cm de neige tombés pour le seul jour de Noël sont un record absolu pour la ville, loin devant les 51 cm du 22 novembre 1956. Sur les deux jours, du lundi au mardi à 17h locales, les 1,5 mètre de neige ont également pulvérisé un record de 1958.

Sur l’ensemble du mois, les 245 cm de neige cumulée ont là aussi battu un record, faisant de de décembre le mois le plus neigeux de l’historie d’Erié.

Un homme promène son chien dans la neige sur une plage du lac Ontario, à Toronto, mercredi.

- 50 °C

«Les équipes sont dehors, mais n’arrivent tout simplement pas à tenir le rythme de la neige qui tombe», a expliqué en live sur Facebook Matt Exley, un secouriste local.

Pour ne rien arranger, les températures attendues descendront à - 10 °C dans la nuit de mardi à mercredi, accompagnées de vents glaciaux.

Supportable, toutefois, comparé à la vague de froid extrême que connaît le voisin canadien, où le nord de l’Ontario devrait lui aussi connaître un record avec des températures à - 50 °C.

«Des froids qui s’installent aussi longtemps et sur une étendue aussi grande, de mémoire, je n’en ai jamais connu», a affirmé à l’AFP Alexandre Parent, météorologue de l’agence fédérale Environnement Canada.

Selon lui, bien plus que le thermomètre, c’est l’étendue de la vague de froid et sa durée dans le temps qui rendent cet épisode exceptionnel.

L’agence fédérale a publié des avertissements de froid extrême lié à une poussée de l’air arctique pour les provinces du Québec, de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta.

«Un avertissement de froid extrême est émis lorsque le refroidissement éolien ou les températures très froides présentent un danger élevé pour la santé [engelure, hypothermie, etc.]», précise Environnement Canada sur son site.

«Nous sommes en deçà de 10 à 20 °C des normales de saison», a abondé M. Parent.

Par ailleurs, des vents violents pouvant atteindre jusqu’à 120 km/h associés aux basses températures ont privé d’électricité près de 160 000 foyers en Nouvelle-Écosse, soit près d’un tiers des clients de la province.