Labeaume aux côtés des travailleurs du Soleil [VIDÉO]

«Je souhaite ardemment que Le Soleil de Québec puisse continuer à publier pour longtemps», a déclaré le maire Régis Labeaume.

«Le Soleil, c’est Québec, c’est nous autres. On est tous concernés. On ne peut pas laisser tomber ce journal-là.» Le maire de Québec Régis Labeaume promet d’être aux côtés des travailleurs de l’information.

Né à Roberval et ayant grandi à Sept-Îles, Régis Labeaume a appris à lire avec les gros titres du Soleil. Le maire se rappelle avoir suivi avec passion les résultats sportifs dans les pages du Soleil. Il ne peut s’imaginer assister à la fin de ce quotidien, vieux de 123 ans. «Ça fait partie de l’identité et de la culture de Québec et de l’Est du Québec», insiste-t-il.

La crise financière à Groupe Capitales Médias et dans la presse écrite doit préoccuper les élus et la population en général, insiste le maire Labeaume.

«C’est le premier gros média qui trébuche à cause du GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) qui va chercher 90% des revenus publicitaires, note le maire Labeaume. Mais ça peut être suivi de bien d’autres exemples. C’est extrêmement dangereux en terme démocratique.»

Le maire Régis Labeaume a regardé en direct dans son bureau de l’hôtel de ville l’annonce par le gouvernement du Québec d’une aide de 5 millions $ aux six journaux. Il voit d’un bon oeil l’appui gouvernemental. «Au point de vue démocratique, les gens en autorité comprennent la situation et le danger. Mais il faut aller plus loin dans le débat parce que ça va nous faire mal éventuellement.»

Les villes doivent-elles faire plus pour sauvegarder la presse régionale? Par exemple, redonner les avis publics aux journaux et non plus seulement sur le Web? «Je suis prêt à faire l’effort», dit le maire Labeaume.