Québec pourrait également payer pour les dommages d’une autre inondation survenue en 2013. Ce dossier est aussi devant le tribunal.

La Ville de Québec versera 15M$ aux sinistrés de la rivière Lorette

La Ville de Québec a finalement clos les 79 réclamations déposées par les sinistrés de l’inondation de la rivière Lorette de 2005. Quand tous les documents seront signés, la mairie aura décaissé un total de 15 millions $ en indemnisations, dont une tranche de 5,7 millions $ dans le cadre d’un recours collectif regroupant les propriétaires de 206 immeubles.

«[En ce qui] concerne l’événement pluvieux des 25 et 26 septembre 2005, […] à ce jour, tous les dossiers sont réglés, pour un montant d’environ 15 M$», indique au Soleil la conseillère en communication Wendy Whittom. «L’action collective […] est réglée en partie, pour un montant de 5 743 000 $.»

Cette entente à l’amiable avec le groupe des 206 a été confirmée jeudi, quand les élus du comité exécutif d’Équipe Labeaume ont apposé leur sceau sur l’ultime transaction liée à la crue de 2005.

«Après presque 14 ans, c’était le temps qu’on règle ça», se réjouit le représentant du Regroupement sinistrés entraide, Denis Lavoie. Comme les autres inscrits au recours judiciaire, ce résident de L’Ancienne-Lorette sera compensé pour les dommages à sa maison ainsi que les inconvénients subis.

La Ville a donc choisi de mettre un terme à la poursuite. Du moins à une portion de celle-ci, précise M. Lavoie. «Il reste la partie de la valeur marchande qu’on demandait.»

Des discussions se poursuivent afin de déterminer la perte de valeur encaissée par chacun des propriétaires; ces montants seront payés ultérieurement si les parties signent une seconde entente.

En outre, l’administration municipale pourrait devoir piger encore dans ses goussets si d’autres sinistrés se manifestent, poursuit Denis Lavoie. Pour l’instant, ils sont un peu plus de 200 membres au sein du recours collectif. Mais après l’approbation du contrat par la Cour supérieure, d’autres éventuelles victimes auront un an pour lever la main. La Ville pourrait alors devoir ajouter des fonds pour ces nouvelles réclamations.

Pour 2013 aussi

Québec pourrait également payer pour les dommages d’une autre inondation survenue en 2013. Ce dossier est aussi devant le tribunal.

Mais la mairie semble vouloir tourner la page sur cet événement. Les élus du comité exécutif ont accepté de rembourser un groupe de compagnies d’assurances qui prétendaient que leurs assurés ont subi des dommages à la suite de refoulements survenus le 31 mai 2013, explique un document municipal. Exactement 626 386,72$ ont été octroyés. «Quoique partiel, le règlement règle définitivement 195 des 232 dossiers de réclamations, objets du litige. Les autres dossiers demeurent dans l’attente d’expertises.»

Au fait, Denis Lavoie note que des travaux effectués par la Ville ont permis de grandement améliorer l’écoulement de la rivière Lorette. Des bassins de rétention et la reconstruction de ponts auraient libéré le cours d’eau. Il espère néanmoins que la mairie revienne sur sa décision de ne pas construire un mur anti-crue, «la solution idéale».