Norman MacMillan et Marc Saumier sont parmi les nouveaux acteurs principaux des Olympiques de Gatineau après les démissions d’Alain Sear et Martin Lacasse plus tôt cette semaine.
Norman MacMillan et Marc Saumier sont parmi les nouveaux acteurs principaux des Olympiques de Gatineau après les démissions d’Alain Sear et Martin Lacasse plus tôt cette semaine.

La relance peut commencer chez les Olympiques

En politique, Norman MacMillan était reconnu pour son franc parlé.

Élu à huit reprises pour représenter les citoyens de Papineau à l’Assemblée nationale, il n’allait pas changer de ton en étant parachuté à la présidence des Olympiques de Gatineau vendredi.

En pleine crise administrative, il a rapidement fait la cassure entre l’ancien régime et la nouvelle direction mise en place pour redorer l’image de l’organisation.


« C’est sûr qu’il faut changer des choses. Il n’y a plus de monde dans l’aréna. L’autre jour, j’étais tout seul dans la section 8. C’était la première fois que je voyais ça. »
Norman MacMillan

« J’ai déjà occupé le poste de gouverneur pour assister à quelques rencontres annuelles de la ligue. La présidence, je l’ai acceptée parce que je ne suis pas un poteau ! Je suis président là. Je suis président avec un mandat très clair. Je ne m’en viens pas là juste parce que je suis un ancien politicien ou un ancien joueur de hockey. J’ai un rôle à remplir en travaillant en équipe », a-t-il lancé dans une conférence de presse au centre Robert-Guertin à la fin d’une semaine rocambolesque dans l’histoire des Olympiques.

Cette équipe a été assemblée à la hâte après les démissions d’Alain Sear et de Martin Lacasse mardi et mercredi. Le premier était directeur des opérations hockey. Le second était président.

À LIRE AUSSI: Olympiques de Gatineau: Alain Sear démissionne [VIDÉO]

> Lacasse quitte les Olympiques, MacMillan arrive

Acteur important dans la sauvegarde du prêt provincial de 26 millions $ pour la construction du nouvel amphithéâtre des Olympiques, Norm MacMillan a profité de la conférence de presse pour présenter sa garde rapprochée. L’actionnaire Jocelyn Cayer devient représentant à l’assemblée des membres de la LHJMQ. Celui-ci souhaite un virage à 180 degrés dans les relations entre les joueurs et la haute direction du club. « Il faut se rapprocher de nos joueurs et mieux les encadrer », a-t-il dit.

Membre du Temple de la renommée de la LHJMQ et ancienne gloire des Olympiques, Marc Saumier remplace Alain Sear sur une base intérimaire à la direction des opérations hockey. Les trois hommes formeront le « comité hockey » provisoire qui supervisera la période des transactions et le prochain repêchage du circuit Courteau en juin.

Enfin, l’actionnaire François Beaudry prend la présidence du conseil d’administration. Vendredi, il a affirmé que les huit actionnaires actuels allaient demeurer en poste à court et moyen terme. Il s’est également montré ouvert à intégrer un groupe d’anciens joueurs mené par Luc Robitaille au sein de l’équipe d’actionnaires.

« En ce moment, il n’y a pas eu beaucoup de pourparlers avec ce groupe », a-t-il fait remarquer, mais MacMillan a repris la balle au bond en ajoutant que ce dossier allait avancer lors de la visite de Luc Robitaille à Gatineau en janvier.

Détenteur d’un abonnement saisonnier pendant quatre à cinq ans, MacMillan s’est rendu compte de l’ampleur des problèmes des Olympiques lorsqu’il a assisté à un match dans l’intimité au centre Guertin le 11 décembre dernier.

« C’est sûr qu’il faut changer des choses. Il n’y a plus de monde dans l’aréna. L’autre jour, j’étais tout seul dans la section 8. C’était la première fois que je voyais ça. Je pouvais bien voir la tante d’Éric Landry assise à l’autre bout. Il manque certainement quelque chose. Nous allons travailler là-dessus. »

L’ancien député libéral a découpé son mandat en quatre fractions. Sa priorité sera d’utiliser son amitié avec Charles Henry pour ramener le Grand Manitou des Olympiques au centre Guertin. « Je lui ai parlé ce matin. Nous aurons un rendez-vous en après-midi. Nous aimerions pouvoir l’honorer bientôt pour tout ce qu’il a fait pour cette organisation. » La santé instable de l’homme aux sept coupes du Président fait en sorte que les Olympiques voudraient préparer une cérémonie en son honneur plus tôt que tard.

La période des transactions et le repêchage de juin, où les Olympiques détiennent quatre choix de première ronde, représenteront sa deuxième priorité avec le comité hockey. Le déménagement et la transition vers le nouveau Guertin viennent en troisième lieu. Enfin, le marketing et les communications auront aussi besoin d’un coup de barre à ses yeux.

+

Marc Saumier

SAUMIER A UNE CIBLE DANS LE DOS

Il est nouveau. Son club est dans une position vulnérable au classement. Il détient notamment quatre choix de première ronde.

Le téléphone de Marc Saumier n’a jamais vibré autant depuis le jour où son chandail #32 a été retiré à Guertin en janvier dernier. Cette fois, le directeur des opérations hockey par intérim des Olympiques ne reçoit pas des appels de félicitations, mais plutôt des appels de... sollicitations !

« Tout le monde me cherche. Tout le monde veut nos choix de première ronde. On a l’impression que je suis désespéré. On me teste parce que jusqu’à présent, on ne m’a pas offert grand-chose de bon. Je serai prudent », a-t-il dit dans le bureau autrefois occupé par Alain Sear au deuxième étage du centre Robert-Guertin.

Le plan d’Alain Sear était justement de conserver ses quatre choix de première ronde jusqu’au prochain repêchage à Sherbrooke en juin. Là-bas, il aurait été prêt à en sacrifier au moins un, peut-être deux.

Le plan n’a pas vraiment changé pour Saumier, mais il pourrait être tenté de laisser filer un de ces quatre choix convoités pour combler des besoins immédiats chez les Olympiques.

« Nos choix de première ronde seront de hauts choix. En plus, ils vont valoir encore plus cher au repêchage, mais nous voulons participer aux séries. Si un joueur peut nous aider à faire la différence, nous devrons y réfléchir comme il faut. »

Conseils d’un Titan

Saumier ne prévoit rien de majeur au cours des prochains jours. Pour l’instant, il reçoit des conseils d’un ex-ennemi juré des Olympiques. Ancien joueur du Titan de Laval et maintenant directeur général du Titan d’Acadie-Bathurst, Sylvain Couturier a été coéquipier de Saumier pendant trois saisons à Phoenix dans la Ligue internationale.

« On se parle 10 fois par jour ! J’habitais chez lui quand j’étais entraîneur adjoint à Bathurst. Il m’offre de précieux conseils en ce moment. »

Avant de conclure un premier marché, Saumier comptait d’abord consulter son entraîneur-chef, Éric Landry, qui détient le titre de directeur général adjoint. Celui-ci est présentement en vacances au Mexique.

Pendant la conférence de presse de vendredi, Saumier est demeuré vague lorsqu’on lui a parlé de la sécurité d’emploi de son entraîneur-chef, qui traverse une deuxième séquence de 10 défaites consécutives et plus.

« Je n’ai pas encore discuté avec Éric de notre plan d’avenir. On se connaît depuis longtemps. On a joué au hockey ensemble », s’est-il limité à dire.

Pour l’instant, son attention se tournera vers Charles-Alexis Legault. Saumier, Jocelyn Cayer et Norm MacMillan ont l’intention d’inclure Luc Robitaille dans les discussions pour tenter de convaincre le défenseur de 16 ans à se joindre aux Olympiques. Choix de deuxième ronde l’été dernier, il a joué avec les Lions du Lac St-Louis et au Défi mondial des moins de 17 ans cette saison, mais il doit disputer un premier match dans la USHL à Muskegon le 27 décembre prochain.