La ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, assure avoir «beaucoup de compassion» pour Sylvain Fortin et que son projet d’une maison pour aînés vivant avec la trisomie 21 est analysé.

La ministre Blais se défend d’avoir abandonné le projet de maison pour aînés trisomiques

Le sujet d’une maison pour aînés vivant avec la trisomie 21 ou une déficience intellectuelle s’est transporté à l’Assemblée nationale, mercredi, alors que la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, a dû se défendre de vouloir abandonner le projet.

Le Soleil faisait état mercredi de la vive déception du président de la Maison Anne et Charles de Gaulle (anciennement la Société québécoise de la trisomie 21), Sylvain Fortin, qui a obtenu pendant la campagne électorale l’engagement de Marguerite Blais de défendre son projet de CHSLD privé conventionné et de centre de jour pour les aînés atteints de trisomie 21 ou de déficience intellectuelle et leurs familles. 

Sylvain Fortin nous a raconté que deux mois après l’arrivée de la CAQ au pouvoir, le cabinet de la ministre Blais lui aurait laissé savoir que le gouvernement n’irait pas de l’avant avec le projet au motif qu’il ne voulait pas créer de «ghetto». M. Fortin est revenu à charge, pour finalement recevoir une lettre datée du 5 février et signée par la sous-ministre adjointe Lyne Jobin lui annonçant que son projet devait être présenté au CISSS de Lanaudière. 

Quelques jours après avoir reçu cette lettre, Sylvain Fortin aurait appris de la bouche du député de Terrebonne et ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, également ministre responsable de la région de Lanaudière, que le projet avait été confié à un autre organisme. Ce «troisième motif de refus» était de trop pour le président de la Maison Anne et Charles de Gaulle. 

«Je me sens floué, humilié. On m’a utilisé pour se faire du capital politique. Ils étaient derrière nous, ils ne le sont plus. C’est de l’improvisation et du mensonge sur le dos des personnes qui vivent avec une trisomie 21», dénonçait-il dans nos pages.

À LIRE AUSSI : Des lendemains de promesses électorales qui déchantent

M. Fortin s’est livré à l’exercice de soumettre son projet au CISSS, où il se serait fait répondre que «de l’argent, il n’y en a pas pour aucun projet que ce soit», et que «la situation des personnes vivant avec une trisomie 21 est satisfaisante». L’établissement n’a pas répondu à nos questions, disant vouloir prendre connaissance du projet avant de se prononcer. 

Projet en cours d’analyse

En réponse aux questions du porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, André Fortin, la ministre Marguerite Blais a assuré avoir «beaucoup de compassion pour M. [Sylvain] Fortin». 

«On vit actuellement une nouvelle situation émergente, des enfants trisomiques qui deviennent des adultes. C’est une question très importante. Le gouvernement est préoccupé par le vieillissement de la population et les proches aidants», a dit la ministre, tout en rappelant que son gouvernement était «en pleine rédaction d’une politique nationale des proches aidants», que huit maisons Gilles-Carle étaient en cours d’élaboration et qu’il mettra en place des maisons des aînés. «Oui, nous allons tenir compte des enfants adultes trisomiques», a-t-elle précisé.   

«Le projet était au ministère de la Santé et des Services sociaux. Il chemine actuellement au CISSS de Lanaudière. Il est en train d’être analysé. Et nous allons faire tout notre possible pour être en mesure de soutenir tous les parents qui ont des enfants lourdement handicapés», a assuré la ministre responsable des Aînés.

«Nous allons analyser son projet [à M. Fortin]. Il demande 70 lits à Terrebonne, plus 21 places dans un centre de jour. Il demande aussi que l’hébergement soit privé conventionné. Alors, il faut analyser cette situation afin de dire oui et regarder l’ensemble du réseau», a ajouté Marguerite Blais, en ne manquant pas de rappeler que l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait «déjà eu ce projet sur sa table». «Il le connaît très bien. Ce n’est pas d’hier que M. Fortin souhaite avoir une résidence pour accueillir à la fois les adultes ayant une trisomie et les parents», a-t-elle souligné.