La FTQ et ses syndicats font valoir que le Publisac et ses circulaires sont consultés pour les soldes par des gens à faible revenu, ayant un budget plus serré.

La FTQ et ses syndicats à la défense du Publisac et des emplois

La FTQ et deux de ses grands syndicats, Unifor et les Teamsters, demandent à l’administration de Valérie Plante un moratoire dans le dossier du Publisac.

La plus grande centrale syndicale du Québec, ainsi que ses deux grands syndicats, représentent des milliers de travailleurs au Québec dans le domaine du papier et de la forêt, plus particulièrement dans les usines d’Anjou, qui produisent le Publisac, et en Estrie, qui récupère les circulaires pour en faire des boîtes de carton.

En décembre dernier, la Commission sur l’eau, l’environnement, le développement durable et les grands parcs de Montréal a recommandé d’encadrer la distribution du Publisac en remplaçant l’actuel système - une distribution chez ceux qui n’ont pas posé d’autocollant pour exprimer leur refus d’en recevoir - par un système de distribution chez ceux qui ont fait une demande express d’en recevoir.

La FTQ, les syndicats Unifor et Teamsters demandent donc à la mairesse Plante d’adopter un moratoire sur le projet. Ils estiment qu’un compromis peut être trouvé, afin de protéger les emplois qui seraient touchés.

Ils font aussi valoir que le Publisac et ses circulaires sont consultés pour les soldes par des gens à faible revenu, ayant un budget plus serré.

Ils rappellent aussi que des journaux locaux sont insérés dans le Publisac, donnant ainsi accès à une information locale qui est très peu couverte par les médias nationaux.

La FTQ, Unifor et les Teamsters se disent préoccupés par les enjeux environnementaux, qui sont soulevés par la distribution du Publisac, mais estiment que ceux-ci doivent être évalués «dans le cadre d’une transition juste et équitable pour les travailleurs».

Le syndicat des Teamsters a noté que 140 de ses membres travaillent à l’usine d’Anjou, qui produit le Publisac, avec de bons salaires de 60 000 $ à 80 000 $ par an. Des emplois y seraient donc menacés.

Et à l’usine de Cascades, en Estrie, 180 membres des Teamsters travaillent dans une usine où sont récupérées les circulaires pour en faire des boîtes de carton. Privée de cette matière première, l’usine devrait s’approvisionner aux États-Unis pour faire venir du papier par camion.

Et Unifor représente des milliers de travailleurs dans le papier et la forêt.